La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.
Projet suite-01

Partager via un média social

Les Républicains

survivront-ils à Fillon et Wauquier ?
heureusement que les Balkany sont là !

un petit clic pour la page "Galerie" ...un petit clic pour la page "Galerie" ...


« rester connecté à la vraie vie »

Cliquez pour lire l'article de Médiapart.Cliquez pour lire l'article de Médiapart.

Nos animaux fétiches "Jojo le Mérou" et "Paul le Poulpe" sont désormais rejoints par "François le Homard".

Gilets jaunes

Forcément, ils sont moins nombreux aujourd'hui ...

Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".
Voie de Valdonne

16 juin à Roquevaire, le collectif V2V maintient la pression.

Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Et pour accéder à la dernière conférence de presse, c'est ici.

Banalisation des violences policières:
Gazés à bout portant comme des insectes !

Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Plus de 300 activistes non violents se sont regroupés sur le pont de Sully, à Paris, pour dénoncer l’inaction face au dérèglement climatique. Gaz lacrymogène dans les yeux, coups de matraque, injures… la réponse de l’Etat. C'était le 28 juin en pleine canicule.

bl

lllllLL'été de Trump à Metz,

Il pique une tête dans la Moselle.

cliquez pour lire l'article du huffingtonpostcliquez pour lire l'article du huffingtonpost

06/09/2018  Ouf ! Gaudin démissionne de la Métropole.

Il va pouvoir se concentrer sur la gestion de sa mairie de Marseille actuellement étrillée par le Parquet National Financier, la Cour des Comptes et le Préfet  (3 articles de Médiapart) :

1/3: Dans les placards de la municipalité,

2/3:  Et le service public, il est où ?

3/3:  Des bibliothèques à la dérive.

Marseille 5 nov : l’effondrement de trois immeubles illustre l’incurie des pouvoirs publics.

 Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018. Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018.

L'heure des comptes aurait-elle sonné ?

Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...

 "Paul Bismuth", Bygmalion, mais surtout les soupçons de financement libyen visent désormais N.Sarkozy et son entourage.
"L'histoire d'une haute trahison", le livre de F.Arfi et K.Laske, résultat de six ans d'enquête, vient de paraître.
21 mars 2018 :
Sarkozy est mis en examen pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournement de fonds publics  libyens".
29 mars 2018 :
Sarkozy est renvoyé en correctionnelle  pour trafic d’influence et corruption à la Cour de cassation.
8 octobre 2018 :
  petit à petit,  ça vient ...
N.Sarkozy voit son premier recours dans l'affaire des "écoutes" rejeté par la justice.
25 octobre : nouveau coup dur !
Affaire Bygmalion : la cour d'appel confirme le renvoi en correctionnelle de N.Sarkozy.
30 janvier 2019 :
Financement Lybien : Nicolas Sarkozy perd définitivement contre Médiapart devant la cour de Cassation.
25 mars 2019 :
Affaire des "écoutes": La justice rejette les recours de N.Sarkozy.

19 juin 2019 :
Dans l'affaire Paul Bismuth N.Sarkozy sera bien jugé pour corruption, une première pour un président de la République.

encore à suivre, patience ..., les Gilets Jaunes, eux, passent en "comparution immédiate". La justice est la même pour tous, mais à une vitesse adaptée à chacun !

Guernica :
les 80 ans du tableau de Picasso et des bombes nazies sur la ville.
Le 26 avril 1937, la petite ville basque espagnole brûlait sous les bombes larguées par des avions de la légion Condor envoyée par Hitler.

En savoir un peu plus sur le sujet...


 Page Actualité

12 juillet 2019 :  Instrumentalisation de la Saint Eloi.

29 janvier 2019 :   Vaudeville municipal à Cuges .

25 octobre 2018 :  La campagne lozérienne 2018, ce fut un bon cru.

16 mai 2018 :   Et maintenant, à vous de jouer !

15 mai 2018 :   Une rando-Découverte le 21 Mai .

30 mars 2018 :  Au Conseil de Territoire, abandon du Val'Tram et un forage suspect pour la ZAP de Cuges.

24 janvier 2018 :  Accident mortel de parapente à Cuges.

19 octobre 2017 :  Réunion sur l'environnement au Circuit du Castellet avec les riverains.

20 octobre 2017 : Révision du PLU: l'occasion imprévue de rendre un hommage appuyé à la "coquille".

22 mai 2017 :  Avis d'enquêtes publiques sur la ZAP et l'aérodrome du Castellet.
Les commandes groupées pour les restaurants scolaires.
Législatives et la fameuse "réserve parlementaire" .

3 mai 2017 :  Le deuxième tour des élections présidentielles, le 7 mai.

30 mars 2017 :  La demande par le maire de révocation du Directeur des Services Techniques mise en échec par le Conseil de Discipline.

14 février 2017 :  A travers le contrat avec "l'Eau des Collines", le maire se débarrasse d'un service municipal, un de plus !

7 février 2017 :  Plutôt un présumé-voleur que la défaite !  Les élus LR de la 9eme circonscription ne sont pas très regardants.

23 décembre 2016 :  La photo du président de PACA Estrosi en compagnie du tueur du 14 juillet de Nice.

24 octobre 2016 :  Un tour d'horizon sur la rentrée d'automne 2016.
 18 sept. 2016 :  Un procédé de traitement des rejets liquides dans les calanques, permettant de retenir les métaux, est actuellement en test à l'usine Alteo de Gardanne.  Sur ce sujet délicat lire aussi ...

7 juillet 2016 : Enquête publique sur le Plan d'Exposition au Bruit de l'aérodrome du Castellet, le maire et l'adjoint Rossi désavouent le Conseil.

15 juin 2016 :   Gens du voyage, et si l'on jouait une musique différente ?
6 juin 2016 :  la commémoration particulière de Siou-Blanc à Signes.

 le Chant des Partisans est joué à l'harmonica. le Chant des Partisans est joué à l'harmonica.

du 4 au 12 juin :  le cinquantième anniversaire du Parc de OK Corral.
19 avril 2016 :  la nouvelle rubrique mondaine !
1er avril 2016 :  l'achat d'un minibus et le Débat d'Orientation Budgétaire au CCAS
27 mars 2016 :  la bavure ordinaire filmée
Cuges-les-Pins :  un village français...
31 janvier 2016 :  les "vœux" du maire !
10 décembre 2015élections régionales
14 novembre 2015attentats, Paris, Irak, Syrie..

Alien ou le

"8ème passager":

et si nous avions à la mairie de Cuges un conseiller de plus
(ou de trop) ?
7 juillet 2
015 : 
le conseiller surnuméraire

6 juin 2015 :  commémoration à Siou Blanc



 Mandela parle de Fidel Castro

Mandela parle de Castro ...Mandela parle de Castro ...

29 nov 2016. Le dictateur, le tyran, le despote... ces derniers temps il a été difficile d'échapper aux idées simples ! Alors, si vous n'avez pas aimé les propos de Ségolène Royal sur Fidel Castro, peut-être aimerez-vous ceux de Nelson Mandela ?


Michael Moore ne s'était pas trompé !

Le réalisateur Michael Moore, à l'inverse de la plupart des médias US et instituts de statistique, avait prévu, par ses observations, la victoire  de Trump. Suivez ce lien pour accéder aux billets qu'il a publiés sur le site HuffingtonPost C'est intéressant et instructif !


  Scoop

fauconnerie: cliquez pour la page Liens...fauconnerie: cliquez pour la page Liens...Pour le cinquantenaire du Parc OK Corral
les rapaces font leur apparition.

accédez à l'article en page Liens ...>

 Salon de l'auto à Cuges

L'ex-futur-minibus-municipal va être expertisé après sa visite à OK-Corral .... 357 ou calibre 44 ?  Une nouvelle saison de la série "Les Experts CLPPD".


 Conseil Municipal de Cuges-les-Pins

22 février 2018 :  Cour Régionale des Comptes, Débat d'Orientation budgétaire etc ...

18 décembre 2017 :  PLU, perte de compétences, et arrêt des repas spéciaux, etc ... !

10 novembre 2017 : Pour la 4eme fois cette année, le quorum n'était encore pas au rendez-vous !

22 mai 2017 :  La charte du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume.

6 avril 2017 : Le budget de la commune et ... encore la ZAC des Vigneaux.

20 mars 2017 : le Débat d'Orientations Budgétaires.

02 mars 2017 :  Un conseil sur le personnel com- munal, la médiathèque, les décharges etc ...

16 janvier 2017 :   Un conseil plutôt "chaud".

12 et 19 décembre2016 :  Les 2 derniers conseils "fantômes" de fin d'année !
7 novembre 2016 :  le contrat de la gestion de l'eau et le marché très douteux d'un chantier de voirie.

23 juin 2016 :  16 délibérations sous le signe de la censure !
19 mai 2016 : 
logements sociaux, modification du PLU... et un festival "d'approximations".
13 avril 2016 :  le minibus, le budget et  le contrat de mixité sociale et encore les décharges !
29 février 2016 :  le débat d'orientation budgétaire.
12 novembre 2015 :  une démission de plus et l'imbroglio de l'annulation de PLU.
3 septembre 2015
à deux reprises le maire se dérobe devant ses responsabilités.
24 juin 2015 : le droit d'expression des élus.
4  juin 2015 :  la réfection de la voirie.
28 avril 2015 :  budget, irrigation et  cantine scolaire.
19 mars 2015 : 
le fonds Gabriel Vialle et la révision du PLU.
janvier 2015 : 
l'intermède du corbeau.

à Gémenos Fralib est devenu la SCOP-Thé-Infusions

La SCOP-TI sur la page LIENS...La SCOP-TI sur la page LIENS...

En mai 2015,   la production a redémarré à Gémenos, et fin septembre le thé des ex-Fralib est arrivé sur les rayons de Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Franprix où l'on peut désormais s'approvisionner !

Que diriez-vous de cette idée : irriguer la Monument Valley, avouez que ça aurait de la gueule ? et avec l'explosion de  la production de cactus ouvrir une gigantesque distillerie de mezcal ?


Moteur de recherche interne avec Google    


L'eau, à l'origine de tragédies et de forfaits ...L'eau, à l'origine de tragédies et de forfaits ...

 L'EAU,

un projet de territoire :

Agriculture, eau et irrigation ...

suite-01

mardi 19 juin 2018

Risques d'orage sur la ville

Un printemps agité à Cuges où les intempéries ne tombent pas toutes du ciel.Un printemps agité à Cuges où les intempéries ne tombent pas toutes du ciel.

  • Retour sur une démission.
  • Le point sur le projet du Canal de Provence, documents à l'appui.
  • Groland, fleuron de la littérature cugeoise.

 

  •  Retour sur une démission.

 Aux propos que j'ai tenus ici-même le 16 mai 2018 à l'égard de la direction municipale et ma démission du conseil municipal, il manquait une chose dont je m'acquitte ici, mes  excuses auprès de la population de Cuges pour avoir, par excès de confiance, et sans doute aussi naïveté, participé à l'élection de ce maire et son équipe. Plutôt que de démissionner du conseil il y a trois ans j'ai préféré ne démissionner que de la majorité, et conserver mon mandat afin d'amoindrir, dans la mesure du possible, les effets de comportements et d'une politique contraires aux engagements pris.
Dans ce qui suit nous allons en examiner quelques suites à la lumière d'événements récents.

Il y eut d'abord, simple complément susceptible d'éclairer la démarche, un entretien avec une journaliste de la Provence qui s'est conclu par un article dans son édition du 30 mai 2018, vous pouvez y accéder en suivant ce lien :

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.
Puis il y eut cet article d'allure assez défensive, baptisé "Dossier sur le raccordement de la commune au Canal de Provence", dans la revue municipale Cuges-Mag de juin 2018 dont nous allons maintenant parler, en prenant soin de nous appuyer sur des documents vérifiables par tous.

  •  Le point sur le projet du Canal de Provence, documents à l'appui.

La municipalité a-t-elle voulu contrer à la hâte  notre dernier article sur le sujet  qui faisait état de manœuvres avec la Métropole et 'l'Eau des Collines' au sujet de forages suspects ? Ne pouvant répondre catégoriquement à cette question nous publions ce "dossier" ( en fait une simple page ! ) pour en discuter le contenu :

Cliquez sur le cadre pour accéder au document annoncé comme un "dossier" !.Cliquez sur le cadre pour accéder au document annoncé comme un "dossier" !.

 Il n'y a, en fait, dans ce "dossier" aucune information nouvelle, la plus récente, la délibération du Conseil Départemental du 15 dec. 2017,  nous la donnions ici-même il y a trois mois . Plus grave, ce texte se singularise par ce qu'il omet de dire : il ne comporte, en effet, aucune référence à une participation financière de la Métropole Aix-Marseille Provence qui est pourtant l'un des acteurs du projet avec le CD13, la Région PACA et la SCP.

Cette omission est d'autant plus surprenante que c'est la Métropole qui dispose désormais des compétences de l'eau et l'agriculture, et que la maire de Cuges siège à son conseil . N'a-t-il vraiment rien à dire sur le sujet ?

L'omission du maire à citer la Métropole dans Cuges-Mag s'aggrave d'une modification des montants des participations annoncées : 165 000€ pour le CD13, la Région et la SCP, qui est en contradiction avec celle avancée dans la délibération du CD13 du 15 décembre 2017. De plus la somme publiée est manifestement fausse, il manque 55 000€ pour un total de 550 000€ !
Pour ne laisser subsister aucun doute, nous publions de nouveau, le plan de financement original du CD13 lequel prévoit bien une participation de 110 000€ de la Métropole aux études de la SCP de 2017, introuvable dans Cuges-Mag :

Pourquoi les 110 000€ que devrait verser la Métropole ont-ils disparu dans l'article de Cuges-Mag ?Pourquoi les 110 000€ que devrait verser la Métropole ont-ils disparu dans l'article de Cuges-Mag ?

 Les sources de ces documents, qui prouvent la modification (voire la manipulation) des informations, peuvent être téléchargées sur le site même du Conseil Départemental des BdR (CD13) :

où trois liens sur des fichiers sont proposés : Rapport, Délibération et Tableau financier.

Et les omissions ne s'arrêtent pas là, en fait le maire ne connaît pas l'état du dossier :

Aucune information non plus sur la délibération N°17-1016 du Conseil Régional du 20 octobre 2017, plus importante encore que celle du CD13 puisqu'elle couvre, non seulement les études du projet, mais la totalité de celui-ci, avec notamment un montant, une répartition des participations, et même des délais d'exécution comme le montrent les trois documents suivants téléchargés depuis le site de la région PACA ou Sud ( entrez: 17-1016 ) , ou directement sur ce site :

Cliquez sur le cadre pour accéder au document.Cliquez sur le cadre pour accéder au document.

L'ANNEXE 1 est le document à lire absolument, en voici un extrait relatif à la répartition des financements, où la participation de la Métropole est explicitement mentionnée :

Un financement complet , sans ponctionner les finances  communales d'un €.Un financement complet , sans ponctionner les finances communales d'un €.

 On notera au passage, ce qui confirme ce que nous répétons depuis maintenant quatre ans, que la commune ne devrait pas être sollicitée, pas même pour un Euro !

Voici un autre extrait de l'ANNEXE 1 relatif aux délais, là on doit constater que la Région est optimiste, et sous-estime sans doute les pesanteurs locales (et les manœuvres concernant les forages, comme pour freiner le projet ) :

Normalement, les travaux auraient déjà dû avoir démarré ...Normalement, les travaux auraient déjà dû avoir démarré ...

 

En conclusion, on doit constater de la part du maire qui en est responsable, la publication dans Cuges-Mag d'informations erronées, à laquelle on peut ajouter une méconnaissance du dossier, lequel a très probablement progressé avec les conseils du CD13 et de la Région sous l'impulsion de la Société du Canal de Provence elle-même, en remerciement de quoi la Métropole et le Maire de Cuges lui ont opposé avec persévérance une alternative au rabais à base de forages !

Nous profitons de l'occasion pour donner ici la dernière version du tracé  prévu par le Canal de Provence pour la canalisation qui doit relier  le Partiteur de Fauvy à l'Est du circuit du Castellet à la plaine de Cuges, suivez ce lien:

La manipulation des informations semble, ces derniers temps, s'être banalisée pour la direction municipale, en dépit des recommandations récentes de la Chambre Régionale des Comptes, ce qu'illustre un article du 06/06/2018 de La Provence qui fait état d'une démarche des élus de l'opposition auprès des services du préfet des BdR :

 La Provence 06/06/2018 ,  "BUDGET : L'opposition interpelle le préfet."

La preuve que le projet de raccordement de la commune au Canal de Provence bénéficie du soutien de la Région, du Département et de la SCP est désormais clairement établie par les documents que nous produisons.

Va-t-on voir enfin la direction municipale de Cuges manifester une véritable volonté politique, pas des déclarations sans consistance mais des actes et engagements précis, un peu à l'image de l'initiative des maires de Roquevaire, la Destrousse et la Bouilladisse destinée à  remettre sur les rails le projet de la voie de Valdonne mis à mal par la Métropole ?

 

 

  • Groland, fleuron de la littérature cugeoise.

 Il s'agit là d'une autre réaction à ma démission du Conseil Municipal et du projet d'irrigation, qui met en scène une publication locale, largement diffusée quoique quasiment anonyme.
Groland est à peu près hebdomadaire, et je vais parler du N° 178 depuis sa création en 2014. Il est généralement admis que son auteur en serait l'ancien maire de la commune, qui aurait eu du mal à admettre les résultats des élections municipales de 2014 auxquelles il n'avait pourtant pas pris part.

Mais une rumeur, même largement répandue, ne fait pas office de preuve, aussi, si l'ancien maire ne se reconnaît pas en celui que, puisant pour une fois dans le bestiaire local, nous nommerons Ugolin, nous ferons suivre son éventuel démenti, ceci d'autant plus volontiers que l'on ne peut que reconnaître la situation peu ordinaire d'un ancien élu qui aurait choisi après cinq mandats successifs dont trois en qualité de maire de ne prolonger sa vie politique qu'à travers des écrits anonymes.

Pour l'essentiel, Groland narre de façon anonyme les faits et méfaits d'une bande de personnes plutôt louches siégeant dans la majorité du conseil municipal, chacune équipée d'un surnom suggestif issu de l'idée que Ugolin se fait d'elle.
Depuis quatre ans il m'a été attribué le surnom de Waterman, 'l'homme de l'eau' si vous êtes cultivé. Pour connaître les autres je crains qu'il ne faille vous adresser directement aux intéressés.

Voilà que dans la 178-ième livraison, sans doute suite à mon dernier article , Waterman a repris du service. Notre site restant fidèle à sa manie de rendre publiques les informations dont nous disposons, nous publions le contenu intégral de cette publication, bonne lecture :

Dont voici un extrait qui me concerne ( enfin, Mr Waterman ! ) plus particulièrement :

 

 Je ne vais bien entendu pas entamer un dialogue avec un interlocuteur qui se réfugie dans l'anonymat mais simplement commenter deux éléments significatifs dans l'extrait qui précède :

1 / "Aujourd'hui, la débande, La Métropole, le Département et la Région reviennent à la réalité objective, que nous avons toujours défendue ... "

Ugolin anticipe ici l'abandon généralisé du projet de raccordement au Canal de Provence. Au vu des documents produits plus haut sa prédiction souffre d'un léger manque de lucidité, qui pose tout de même question si elle est le résultat d'une expérience de trente ans de mandats municipaux !

2 / "Mais ce que Waterman ne veut ni dire ni écrire, c'est bien sa seule véritable obsession : obtenir un raccordement de sa villa à l'eau publique !"

Concernant mon obsession supposée, il semble bien que, au delà de l'élégance du procédé, Ugolin n'ait pas tout compris de la dialectique de l'individuel et du collectif. Pour un ancien élu communiste ce serait franchement moyen.

-------------------------------------------------

Dans mon dernier article je vous disais : "Maintenant, c'est à vous de jouer !" . Les informations que nous avons rapportées dans celui-ci semblent confirmer la justesse de cette recommandation.                        
                                                                                                           André Lambert ex-conseiller municipal

 Il n'est pas impossible que le lobby marseillais de l'eau ait projeté, grâce à la Métropole, d'étendre un peu plus son terrain de jeu, et repousser la concurrence.Il n'est pas impossible que le lobby marseillais de l'eau ait projeté, grâce à la Métropole, d'étendre un peu plus son terrain de jeu, et repousser la concurrence.

 

samedi 10 mars 2018

 

Irrigation de la plaine agricole de Cuges, des questions essentielles qui s'imposent avec force:
la Métropole doit préciser sa position.

 Alors que le comité de pilotage de la ZAP n'a plus été réuni depuis des mois , on se demande pourquoi,  tout le monde n'est pas resté inactif, et de nouvelles informations ont émergé :

La première information vient du Conseil Départemental des Bouches du Rhône avec le vote récent, le 15 Décembre 2017, d'une importante délibération allouant un crédit de 165 000 € à la Société du Canal de Provence pour ses études concernant "l'aménagement hydraulique de Cuges les Pins".

Le rapport associé à cette délibération fait preuve d'une bonne connaissance du sujet et expose un cahier des charges précis et complet.
Un tableau de financement des études est également publié, précisant une participation du Département de 165 000€ (soit 30% de 550 000) à côté de celles présumées de la Région (30%), de la Métropole (20%) et de la SCP elle-même (20%) :

La répartition prévue entre CG13, Région, Métropole et SCP pour le financement des études.La répartition prévue entre CG13, Région, Métropole et SCP pour le financement des études. 

Ces documents publiés sur le site du CG13, peuvent être téléchargés ici même, suivant les liens :

Ceci est une très bonne nouvelle, toutefois tempérée par d'autres informations, celles-ci ni officielles ni confirmées bien que concordantes :
La Métropole n'aurait pas mis un terme aux "études" liées à l'exploitation d'un forage mais aucun détail ne nous est parvenu concernant cette hypothèse que l'on pensait abandonnée, par contre plusieurs questions surgissent, en particulier sur la participation financière de la Métropole :

I / La première question est lié à l'important recul des surfaces cultivables.

Le voici, observé ces 30 dernières années tel que l'illustre la carte suivante relative au littoral méditerranéen :

 

Evolution de la Surface Agricole Utile (sau) sur  les 30 années (1970-2000), cliquez sur le cadre pour accéder au document complet;Evolution de la Surface Agricole Utile (sau) sur les 30 années (1970-2000), cliquez sur le cadre pour accéder au document complet;

Il y a, pour s'opposer à ce recul, le mécanisme de compensation du déclassement de terres agricoles, tel qu'il est mentionné dans divers textes, notamment la Directive Territoriale d'Aménagement (DTA) des BdR  où l'on peut lire page 123  :

 


"... il est fortement recommandé que les déclassements de zones agricoles indispensables pour l’aménagement  du  territoire  soient  précédés  d’un  diagnostic  agricole  et  d’une  étude  préalable d’incidence du déclassement sur :
- le  fonctionnement  de l’ensemble du territoire agricole  homogène  et particulièrement  sur  les modes de commercialisation et  de mise en marché,  - sur la gestion qualitative du territoire (paysages, risques, etc.),
- sur l’emploi agricole, et sur le fonctionnement du marché foncier.

Il  est  fortement  recommandé  que  de  tels  déclassements s’accompagnent  d’une  reconstitution  du potentiel de production dans un cadre intercommunal (restructuration foncière, compensations lorsque cela  est  possible,  modernisation  des  réseaux  d’irrigation,  des  structures  de  commercialisation  et d’organisation économique). "


 

 C'est à la fois clair et encourageant.

On souhaiterait que la Métropole nous indique comment elle entend mettre en œuvre concrètement ce dispositif de compensation intercommunal (Décret n° 2016-1190 du 31 août 2016)  pour lequel la ZAP de Cuges, la 1ere du Département, est sans doute éligible et, peut-être, prioritaire .

II / La deuxième question est liée à l'hypothèse des forages ?

De nouvelles recherches hydrogéologiques ont, une fois de plus, été évoquées.
Sans nullement mettre en doute la qualité du travail des hydrogéologues concernés, il serait  plus réaliste, au stade actuel du projet, de se référer à des résultats de recherches acquis plutôt qu'à de nouvelles études dont l'issue est, par nature, incertaine. A moins de se livrer à une opération de diversion ?

De plus, il y a la question de la politique de l'eau à plus long terme dans le cadre du changement climatique, et la préservation des eaux souterraines pour la consommation plutôt que l'agriculture, comme le préconisent la Charte Régionale de l'Eau et les appels d'offre de la Région pour la préservation des ressources . La Métropole s'apprête-t-elle à prendre le contre-pied de la politique Régionale ?

Pour avancer, Il est hautement souhaitable que la Métropole fasse la clarté sur ses réelles intentions en publiant, si son choix s'est porté sur des forages, un cahier des charges détaillé, équivalent à celui du Département avec la SCP, accompagné d'un chiffrage du chantier, du décompte des clients pouvant être servis sur le parcours etc ...
            
Sinon, la proximité de la Métropole avec les sociétés de l'eau (Saur, Suez, Veolia), d'après ce qu'on peut en lire sur  le rapport de la cour des comptes qui l'a concerné , continuera d'entretenir d'inutiles interprétations, pour finalement stériliser le projet.

 De la verdure, c'est sûr, pour l'agriculture  la campagne c'est mieux.De la verdure, c'est sûr, pour l'agriculture la campagne c'est mieux.

Rat des villes et rat des champs : Pour se donner un air écolo, ou simplement pour le plaisir, des villes jardinent sur les toits avec, même, des abeilles. Pas de pesticides dans le miel : évidemment ils sont interdits en ville. Mais quel taux de micro-particules et de métaux lourds ?  La "ruralité urbaine" ne fait pas de miracles. Compenser serait déjà un bon début !  

 

 20 novembre 2017

  • Seconde partie d'un premier bilan sur la ZAP et l'irrigation :
    Quelques précisions et rappels utiles pour "compléter" l'article de la 1ère adjointe dans le Cuges-Mag de Novembre.

 L'article de la 1ère adjointe dans le Cuges-Mag de Novembre intitulé "OBJECTIF ZAP..." et quelques entretiens que j'ai pu avoir à l'extérieur de la commune - à l'Est et à l'Ouest - m'amènent à compléter l'article  précédent sur le sujet, écrit ici le 18 octobre 2017.

Décidément, la 1ère adjointe, à l'opposé du maire, a beaucoup écrit dans ce dernier numéro de la revue municipale, après deux pages sur un arrêté d'interdiction de circuler des poids lourds, voilà deux pages de plus sur la ZAP.
Ce n'est pas moi qui m'en plaindrai, à condition toutefois d'en peser le contenu, à commencer par l'introduction, je cite : "... ZAP, afin de sanctuariser la plaine agricole et d'en freiner l'urbanisation". Non, madame, la ZAP n'est ni une mise sous cloche ni dirigée contre qui ou quoi que ce soit. La ZAP est un outil destiné au développement économique par l'agriculture, à permettre à ses acteurs d'en vivre - bien - et à la commune de sortir de son état actuel de "village dortoir".

Excepté quelques chiffres égrainés dans une démarche plutôt administrative on n'apprend que peu de choses concernant l'avenir du projet, et là où cela devient un vrai problème c'est quand il est question d'irrigation :

On cherchera vainement en quoi peut consister cette irrigation. Un point positif toutefois, le "fameux" forage de Gémenos n'est plus cité.On cherchera vainement en quoi peut consister cette irrigation. Un point positif toutefois, le "fameux" forage de Gémenos n'est plus cité.

On va le redire, avec de nouveaux éléments : pendant trois ans le maire de Cuges et la SPL "L'eau des Collines" n'ont cessé de privilégier la prise de contrôle, par le biais des nouvelles compétences de la métropole, du forage de Coulins sur la commune de Gémenos, et ceci contre l'avis du maire de Gémenos, contre les orientations de la Charte Régionale de l'eau, et contre les attributions réelles de "L'eau des Collines".

Qu'en est-il aujourd'hui, et pourquoi ce beau plan a-t-il disparu des radars ?

L'explication que nous vous proposons a l'avantage d'être simple et vérifiable. Elle en convaincra sans doute plus d'un.
Il est exact que la compétence "eau et assainissement" a bien été transférée à la métropole, mais ce que n'avaient sans doute pas prévu le maire et la SPL c'est que la délégation en serait confiée par la métropole au propriétaire même du forage convoité, c'est à dire au maire de Gémenos, lequel est aussi, dans le cadre de son mandat de Conseiller Régional, désigné pour siéger au Conseil d'Administration de la Société du Canal de Provence ! Pas la peine d'insister, vous avez tout compris ?

Le maire escomptait l'aide de ses "amis" (politiques) de la métropole, d'évidence sa célébrité n'a pas encore franchi le col de l'Ange malgré les fêtes champêtres organisées à la gloire de Martine !

Cliquez pour accéder à l'ensemble des délégations de la Métropole AMP.Cliquez pour accéder à l'ensemble des délégations de la Métropole AMP.

Dans l'article sur la réunion au Circuit du Castellet nous mentionnions l'hostilité créée à l'Est par l'initiative unilatérale du maire avec son arrêté sur la circulation des poids lourds. Nous voyons ici qu'à l'Ouest aussi le maire crée de l'hostilité, ce qui, au final, ne peut que nuire au  projet d'irrigation.

Voilà ce que ne dit pas la 1ere adjointe dans son article, pas plus que l'engagement électoral de l'équipe du maire, pris en 2014, concernant le projet d'irrigation par le raccordement de la commune au Canal de Provence.

Pour la clarté du débat et en direction des "amnésiques" qui dirigent la commune nous redonnons ici accès à ces documents. (Vous noterez qu'il est original que des documents de campagne soient ressortis par un élu plutôt que par des électeurs courroucés ! )

  • Le premier date de février 2014 et s'intitule "OUI NOUS PROPOSONS D'IRRIGUER LA PLAINE AVEC LE CANAL DE PROVENCE". Vous noterez la mention "Vu, Le Candidat", à la fin de ce document qui donna lieu à de larges discussions.

Cliquez pour accéder à ce document.Cliquez pour accéder à ce document.

  •   Le deuxième, issu de la même période, réunit les pages 22 et 23 du programme du candidat Destrost, il vous donnera aussi l'occasion de faire un premier bilan. Il parle d'environnement (la seule réalisation à ce jour, l'évacuation du stock de pneus, l'a été par l'association des agriculteurs AACP), du raccordement au Canal de Provence bien sûr, mais aussi en page 23 du projet de déviation de la RD8n. Un autre cas d'amnésie semble-t-il...

 Cliquez pour accéder au 2eme document.Cliquez pour accéder au 2eme document.

Selon vous ces deux documents constituent-ils, oui ou non, des engagements ?

Aujourd'hui, alors que le rejet de ceux qui, pour se faire élire, sont prêts à promettre n'importe quoi pour l'oublier ensuite, s'est étendu et enraciné dans la population, ces rappels seront peut-être appréciés.

Alors un souhait ?

D'abord, que ces péripéties soient définitivement derrière nous, ensuite que la direction municipale change complètement d'attitude et se mette à respecter ses voisins, avec lesquels nous avons des intérêts communs, à commencer par se rapprocher des communes et organismes de l'Agglomération Sud Sainte Baume:

Les zones d'activité des Paluds et Gémenos ne nous rapportent rien, alors que celle du Plateau de Signes peut, au contraire, nous être d'un grand secours tant sur les infrastructures routières nécessaires que pour le projet d'irrigation :
On peut déjà noter, en plus des besoins liés à un accroissement à 300 ha de la zone d'entreprises, ceux autour du circuit du Castellet motivés par la création d'un parcours de golf et d'un centre de loisirs aquatiques, besoins déjà recensés par la Société du Canal de Provence.

 Qu'ajouter de plus ?

Il semble bien  qu'en dépit des initiatives malheureuses de la direction municipale de Cuges,  la conjoncture s'est améliorée : la solution du Canal de Provence pour l'irrigation reste seule en lice et elle se trouve renforcée par les intérêts convergents de puissants voisins.



 

18 octobre 2017

Après l'Enfleurs de safran.fleurs de safran.quête Publique et bientôt 4 ans de mandat il est
utile de faire
un premier bilan de
l'avancement du projet ZAP, Eau, irrigation et Assainissement .

 


L'enquête publique sur la ZAP vient de s'achever concluant deux années de travail animées par l'ex-Agglo du Pays d'Aubagne et de nombreuses réunions du Comité de pilotage centrées sur les quatre thèmes:

  • le foncier  (animation de la SAFER, remembrement, règlement de l'urbanisme)
  • l'émergence des projets agricoles (cultures traditionnelles, vigne, grandes cultures, maraîchage ...)
  • l'assainissement pluvial  (ruissellement, les fossés et embuts, changement climatique)
  • l'irrigation  (évaluation des besoins et solutions, forages, Canal de Provence etc..)

Disons tout de suite que, si les discussions sont utiles, même indispensables, celles-ci n'ont pas été accompagnées d'avancées quant aux réalisations concrètes, même les plus basiques. La plaine est toujours aussi vulnérable aux inondations, souvenez-vous l'hiver 2013-2014 !  et l'on ne sait toujours pas, en cas de raccordement de la commune au Canal de Provence, qui sera le maître d'œuvre, la commune ? la Région ? ...

vue sur la plaine agricolevue sur la plaine agricole

 Le territoire de la ZAP a été délimité et sa carte déjà publiée ici. Les derniers détails seront fixés à l'issue de l'Enquête Publique en cours (jusqu'au 30 octobre) concernant la modification du PLU. Voici tout d'abord les liens permettant aux personnes intéressées d'accéder aux informations qui ont précédé l'Enquête Publique, des documents importants réalisés pour l'essentiel par la Chambre d'Agriculture des BdR, :

 Voici ensuite les documents concernant l'Enquête Publique qui s'est tenue du 19 juin au 19 juillet 2017, que nous avons rapatriés pour plus de commodité:

 Dans la suite de l'article, qui prolonge celui publié le 11 janvier 2016, nous nous concentrerons plutôt sur les thèmes de l'assainissement pluvial et l'irrigation parce qu'ils conditionnent la réussite et la rentabilité de tout projet agricole dans les conditions que connaît notre commune - une plaine fermée actuellement sans eau - et surtout, en ce qui concerne l'irrigation, la nécessité d'une volonté politique marquée.

Les agriculteurs seraient-ils des extrémistes ?

 Avant d'aborder ces thèmes il nous faut rendre compte d'un point qui a suscité plusieurs discussions serrées, celui du règlement de l'urbanisme dans la future ZAP, pas tellement celui des futures constructions nécessaires au travail agricole qui fait plutôt consensus, mais celui des futures constructions d'habitations des agriculteurs attendus.

Quel règlement doit on établir pour mettre un terme au "mitage" de la zone agricole, et s'opposer aux "vocations" agricoles douteuses qui, en fait, masquent  un détournement des règles à des fins spéculatives, et pas seulement de la part des agents immobiliers qui parcourent déjà la zone, le carnet de chèques en main ?

Les agriculteurs participant au comité de pilotage, appuyés par des habitants de la commune redoublent de méfiance au point de dépasser largement les recommandations de la Chambre d'Agriculture.

Pour comprendre la situation il faut certainement remonter le temps, au moins jusqu'à l'époque où  l'activité "agricole" florissante consistait à toucher les primes d'arrachage de la vigne, et déclasser les terres agricoles, y compris parmi les meilleures, pour y planter des maisons.

Cette politique, encouragée par l'absence de tout projet agricole global, a perduré pendant des décennies, jusqu'à ce que le Préfet, pour y mettre un terme décide d'inciter fortement la commune à démarrer une procédure de Zone Agricole Protégée. C'était en 2013.

Il n'est pas surprenant que les agriculteurs qui se sont tenus à l'écart de cette politique urbanistique de création de lotissements pavillonnaires, génératrice de "cité dortoir", donnent aujourd'hui l'impression "d'en rajouter", quand ils tentent de pérenniser les terres agricoles restantes.

En 2006 la population de Cuges était de 4589 contre 2688 pour Signes. Chacun peut comprendre.
Cuges est devenu un village surpeuplé eu égard à ses infrastructures, sans ressources propres, et toujours sous pression de par sa proximité avec la Métropole marseillaise. L'attitude actuelle des agriculteurs participe de cette volonté politique de mettre en mouvement la seule possibilité de développement économique qui lui reste, valoriser sa zone agricole.

Mon point de vue est qu'il faut rapidement rendre l'agriculture économiquement rentable par l'irrigation de la plaine tout en imposant sur cette zone un moratoire sur toutes les constructions d'habitations, au moins pour quelques années ! Ce serait aussi une preuve claire de volonté politique.

Assainissement et irrigation : si on arrêtait de tourner en rond ?

Pour l'assainissement, malgré mes interventions depuis le début du mandat, malgré les propositions du Schéma Directeur de l'Assainissement pluvial réalisé par la SEM et les travaux du groupe Karsteau sur les embuts, aucun chantier n'a été réalisé, ni même amorcé sur un système considéré par tous comme "à l'abandon".

Dans le cadre du Comité de Pilotage une étude a été demandée à une étudiante dans le cadre d'un stage universitaire de Maîtrise. Sans en nier l'utilité, cette étude ne saurait masquer à la fois l'urgence de la situation et l'évidence de travaux qui pourraient et devraient être entrepris : curage de fossés et embuts, restauration de zones perméables etc ..

En début de mandat, le maire s'est vu confier par l'ex-agglo  la délégation au Contrat de Rivière, alors que la commune n'était même pas membre du Syndicat de l'Huveaune, ce qui l'a privée de certaines subventions. Aujourd'hui, après bientôt quatre années de mandat la commune n'est toujours pas membre du SIBVH !

Le deuxième élément qui conditionne la réussite du projet agricole c'est l'accès à l'irrigation, et c'est précisément sur ce point que les orientations évoquées au comité de pilotage de la ZAP ont été les plus négatives.

Ceci mérite, au delà des affirmations, d'être explicité.

Dès le début des travaux du Comité de Pilotage, et pendant deux années, le projet d'irrigation par le raccordement de la commune au Canal de Provence, qui fut un projet phare dans la campagne des municipales du début 2014, a mystérieusement quitté l'avant scène, rétrogradé au rang d'une simple option parmi un "groupe d'hypothèses".

Nous allons examiner chacune des ces hypothèses visant à irriguer la plaine, mais commençons par les énumérer :

  • A / Amélioration des rendements
  • B / Réutilisation des eaux usées
  • C / Approvisionnement par le Canal de Provence
  • D / Nouveau forage ou se brancher sur un forage existant

Voici le lien permettant d'accéder au texte issu du Comité de Pilotage.

Pour commenter de façon raisonnée ces hypothèses il faut avoir à l'esprit l'ordre de grandeur des quantités annuelles d'eau en jeu dans la commune, consommées, perdues et prévues pour l'agriculture:

  • Quantité extraite actuellement par la commune : 450 000 m3  dont 300 000 consommés et 150 000 perdus ( le gestionnaire a du pain sur la planche ! ).
  • Quantité évaluée pour la ZAP par la Chambre d'Agriculture : 560 000 m3.

Il faut aussi, c'est bien la moindre des choses lorsqu'on démarre un grand projet, se conformer aux principes en vigueur dont le premier en matière d'approvisionnement en eau est la diversification des sources, meilleur gage de sa pérennisation en cas de sécheresse prolongée ou d'accident.

A/ L'hypothèse "Amélioration des rendements" se trouve ainsi immédiatement exclue des solutions raisonnables en raison des volumes requis.

B/ L'Hypothèse "Réutilisation des eaux usées", malgré l'intérêt quelle peut présenter dans quelques cas précis ne nécessitant que des quantités réduites, doit être éliminée car l'eau produite par les procédés en vigueur est impropre à la plupart des cultures en raison des bactéries qu'elle contient. Il est ainsi interdit de l'utiliser en aspersion, et du reste, qui voudrait consommer des légumes, carottes, radis, .... arrosés avec un tel mélange !
Question : Pour satisfaire qui cette hypothèse a-t-elle été avancée ?

D/ L'hypothèse "Nouveau forage ou se brancher sur un forage existant" est celle qui soulève le plus de questions :
L'idée présentée consiste, en clair, à utiliser pour l'irrigation, l'eau du forage situé à Coulins sur la commune de Gémenos, un forage semble-t-il très productif mais dont on connaissait l'hostilité du Maire de Gémenos à en céder l'usage à la commune de Cuges - Je me réfère là à un entretien avec Mr GIberti fin 2013, intervenu avant
d'engager  les discussions avec le Canal de Provence.

A l'absence de diversification dont souffrirait cette solution (en effet le renfort d'un forage à d'autres n'ajoute pas de diversification), une autre difficulté s'ajoute, celle de la contradiction de cette solution avec le contenu de la Charte Régionale de l'Eau , laquelle recommande clairement :

"La préservation des réserves souterraines, prioritairement destinées aux réseaux d'eau potable."

Suivre ce lien pour accéder au contenu de la délibération no 15/11/14 d'adoption de la Charte par le conseil municipal de Cuges du 13 nov 2014.
Ce vote suivait la recommandation de "L'eau de Collines" dont la Conseil d'Administration  venait de faire de même. Il fut donc assez surprenant de constater ensuite l'insistance de "l'Eau des Collines" à privilégier l'utilisation du forage de Gémenos, d'autant plus surprenant que les activités  de cette Société sont limitées à l'eau de consommation et excluent l'eau d'irrigation agricole.
Alors que je notais cette contradiction en réunion du Comité de Pilotage, la personne représentant L'eau des Collines me répondit : "Il ne faut pas être dogmatique !".

Je vous confie que ce propos ne mit pas fin à mes interrogations.

Et cette situation a duré deux ans, au cours desquels il n'était pratiquement plus question du Canal de Provence, période pendant laquelle l'adjoint concerné disait et répétait à des agriculteurs, lors de réunions du Comité de Pilotage que "le Canal de Provence ne viendra jamais à Cuges parce que c'est trop cher".

Il est clair que tout ceci n'a pu se produire qu'avec l'accord du maire, qui a pu se croire libéré d'un engagement électoral "pesant".

La suite nous a réservé une autre surprise. Le maire de Gémenos a semble-t-il réussi à conserver définitivement son forage. En l'absence d'informations sur ce qui s'est produit on a pu constater, il y a quelques mois,  un changement assez net se traduisant par un abandon de cette hypothèse. Et, du coup, on a vu l'hypothèse du Canal de Provence à nouveau considérée et la SCP invitée à présenter ses propositions, en fait à répéter, pour l'essentiel, ce qu'elle avait présenté deux ans auparavant, mais dans un climat plus optimiste comme en atteste le compte-rendu de la réunion (document dont certains extraits ont été surlignés par nos soins).

Je crois que, sur ce projet, nous avons, à cause de vaines manœuvres, perdu deux ans, mais que de nouvelles perspectives s'ouvrent, sans doute en relation avec le développement important de la Zone d'Activité de Signes programmé grâce au retour du Grand Prix de France de Formule 1 au Circuit Paul Ricard, ce que confirme le document récent suivant, issu de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Var.

 

Cliquez pour accéder au texte  de la CCI du Var.Cliquez pour accéder au texte de la CCI du Var.

Son contenu est très instructif, il y est même prévu, dans le cadre régional, d'importantes infrastructures routières, dont le contournement de la commune de Cuges, le maire devrait le lire !

à suivre, dans ce contexte nouveau et encourageant ....