La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Partager via un média social

Les Républicains

survivront-ils à Fillon et Wauquier ?
heureusement que les Balkany sont là !

un petit clic pour la page "Galerie" ...un petit clic pour la page "Galerie" ...


« rester connecté à la vraie vie »

Cliquez pour lire l'article de Médiapart.Cliquez pour lire l'article de Médiapart.

Nos animaux fétiches "Jojo le Mérou" et "Paul le Poulpe" sont désormais rejoints par "François le Homard".

Gilets jaunes

Forcément, ils sont moins nombreux aujourd'hui ...

Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".
Voie de Valdonne

16 juin à Roquevaire, le collectif V2V maintient la pression.

Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Et pour accéder à la dernière conférence de presse, c'est ici.

Banalisation des violences policières:
Gazés à bout portant comme des insectes !

Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Plus de 300 activistes non violents se sont regroupés sur le pont de Sully, à Paris, pour dénoncer l’inaction face au dérèglement climatique. Gaz lacrymogène dans les yeux, coups de matraque, injures… la réponse de l’Etat. C'était le 28 juin en pleine canicule.

bl

lllllLL'été de Trump à Metz,

Il pique une tête dans la Moselle.

cliquez pour lire l'article du huffingtonpostcliquez pour lire l'article du huffingtonpost

06/09/2018  Ouf ! Gaudin démissionne de la Métropole.

Il va pouvoir se concentrer sur la gestion de sa mairie de Marseille actuellement étrillée par le Parquet National Financier, la Cour des Comptes et le Préfet  (3 articles de Médiapart) :

1/3: Dans les placards de la municipalité,

2/3:  Et le service public, il est où ?

3/3:  Des bibliothèques à la dérive.

Marseille 5 nov : l’effondrement de trois immeubles illustre l’incurie des pouvoirs publics.

 Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018. Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018.

L'heure des comptes aurait-elle sonné ?

Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...

 "Paul Bismuth", Bygmalion, mais surtout les soupçons de financement libyen visent désormais N.Sarkozy et son entourage.
"L'histoire d'une haute trahison", le livre de F.Arfi et K.Laske, résultat de six ans d'enquête, vient de paraître.
21 mars 2018 :
Sarkozy est mis en examen pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournement de fonds publics  libyens".
29 mars 2018 :
Sarkozy est renvoyé en correctionnelle  pour trafic d’influence et corruption à la Cour de cassation.
8 octobre 2018 :
  petit à petit,  ça vient ...
N.Sarkozy voit son premier recours dans l'affaire des "écoutes" rejeté par la justice.
25 octobre : nouveau coup dur !
Affaire Bygmalion : la cour d'appel confirme le renvoi en correctionnelle de N.Sarkozy.
30 janvier 2019 :
Financement Lybien : Nicolas Sarkozy perd définitivement contre Médiapart devant la cour de Cassation.
25 mars 2019 :
Affaire des "écoutes": La justice rejette les recours de N.Sarkozy.

19 juin 2019 :
Dans l'affaire Paul Bismuth N.Sarkozy sera bien jugé pour corruption, une première pour un président de la République.

encore à suivre, patience ..., les Gilets Jaunes, eux, passent en "comparution immédiate". La justice est la même pour tous, mais à une vitesse adaptée à chacun !

Guernica :
les 80 ans du tableau de Picasso et des bombes nazies sur la ville.
Le 26 avril 1937, la petite ville basque espagnole brûlait sous les bombes larguées par des avions de la légion Condor envoyée par Hitler.

En savoir un peu plus sur le sujet...


 Page Actualité

12 juillet 2019 :  Instrumentalisation de la Saint Eloi.

29 janvier 2019 :   Vaudeville municipal à Cuges .

25 octobre 2018 :  La campagne lozérienne 2018, ce fut un bon cru.

16 mai 2018 :   Et maintenant, à vous de jouer !

15 mai 2018 :   Une rando-Découverte le 21 Mai .

30 mars 2018 :  Au Conseil de Territoire, abandon du Val'Tram et un forage suspect pour la ZAP de Cuges.

24 janvier 2018 :  Accident mortel de parapente à Cuges.

19 octobre 2017 :  Réunion sur l'environnement au Circuit du Castellet avec les riverains.

20 octobre 2017 : Révision du PLU: l'occasion imprévue de rendre un hommage appuyé à la "coquille".

22 mai 2017 :  Avis d'enquêtes publiques sur la ZAP et l'aérodrome du Castellet.
Les commandes groupées pour les restaurants scolaires.
Législatives et la fameuse "réserve parlementaire" .

3 mai 2017 :  Le deuxième tour des élections présidentielles, le 7 mai.

30 mars 2017 :  La demande par le maire de révocation du Directeur des Services Techniques mise en échec par le Conseil de Discipline.

14 février 2017 :  A travers le contrat avec "l'Eau des Collines", le maire se débarrasse d'un service municipal, un de plus !

7 février 2017 :  Plutôt un présumé-voleur que la défaite !  Les élus LR de la 9eme circonscription ne sont pas très regardants.

23 décembre 2016 :  La photo du président de PACA Estrosi en compagnie du tueur du 14 juillet de Nice.

24 octobre 2016 :  Un tour d'horizon sur la rentrée d'automne 2016.
 18 sept. 2016 :  Un procédé de traitement des rejets liquides dans les calanques, permettant de retenir les métaux, est actuellement en test à l'usine Alteo de Gardanne.  Sur ce sujet délicat lire aussi ...

7 juillet 2016 : Enquête publique sur le Plan d'Exposition au Bruit de l'aérodrome du Castellet, le maire et l'adjoint Rossi désavouent le Conseil.

15 juin 2016 :   Gens du voyage, et si l'on jouait une musique différente ?
6 juin 2016 :  la commémoration particulière de Siou-Blanc à Signes.

 le Chant des Partisans est joué à l'harmonica. le Chant des Partisans est joué à l'harmonica.

du 4 au 12 juin :  le cinquantième anniversaire du Parc de OK Corral.
19 avril 2016 :  la nouvelle rubrique mondaine !
1er avril 2016 :  l'achat d'un minibus et le Débat d'Orientation Budgétaire au CCAS
27 mars 2016 :  la bavure ordinaire filmée
Cuges-les-Pins :  un village français...
31 janvier 2016 :  les "vœux" du maire !
10 décembre 2015élections régionales
14 novembre 2015attentats, Paris, Irak, Syrie..

Alien ou le

"8ème passager":

et si nous avions à la mairie de Cuges un conseiller de plus
(ou de trop) ?
7 juillet 2
015 : 
le conseiller surnuméraire

6 juin 2015 :  commémoration à Siou Blanc



 Mandela parle de Fidel Castro

Mandela parle de Castro ...Mandela parle de Castro ...

29 nov 2016. Le dictateur, le tyran, le despote... ces derniers temps il a été difficile d'échapper aux idées simples ! Alors, si vous n'avez pas aimé les propos de Ségolène Royal sur Fidel Castro, peut-être aimerez-vous ceux de Nelson Mandela ?


Michael Moore ne s'était pas trompé !

Le réalisateur Michael Moore, à l'inverse de la plupart des médias US et instituts de statistique, avait prévu, par ses observations, la victoire  de Trump. Suivez ce lien pour accéder aux billets qu'il a publiés sur le site HuffingtonPost C'est intéressant et instructif !


  Scoop

fauconnerie: cliquez pour la page Liens...fauconnerie: cliquez pour la page Liens...Pour le cinquantenaire du Parc OK Corral
les rapaces font leur apparition.

accédez à l'article en page Liens ...>

 Salon de l'auto à Cuges

L'ex-futur-minibus-municipal va être expertisé après sa visite à OK-Corral .... 357 ou calibre 44 ?  Une nouvelle saison de la série "Les Experts CLPPD".


 Conseil Municipal de Cuges-les-Pins

22 février 2018 :  Cour Régionale des Comptes, Débat d'Orientation budgétaire etc ...

18 décembre 2017 :  PLU, perte de compétences, et arrêt des repas spéciaux, etc ... !

10 novembre 2017 : Pour la 4eme fois cette année, le quorum n'était encore pas au rendez-vous !

22 mai 2017 :  La charte du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume.

6 avril 2017 : Le budget de la commune et ... encore la ZAC des Vigneaux.

20 mars 2017 : le Débat d'Orientations Budgétaires.

02 mars 2017 :  Un conseil sur le personnel com- munal, la médiathèque, les décharges etc ...

16 janvier 2017 :   Un conseil plutôt "chaud".

12 et 19 décembre2016 :  Les 2 derniers conseils "fantômes" de fin d'année !
7 novembre 2016 :  le contrat de la gestion de l'eau et le marché très douteux d'un chantier de voirie.

23 juin 2016 :  16 délibérations sous le signe de la censure !
19 mai 2016 : 
logements sociaux, modification du PLU... et un festival "d'approximations".
13 avril 2016 :  le minibus, le budget et  le contrat de mixité sociale et encore les décharges !
29 février 2016 :  le débat d'orientation budgétaire.
12 novembre 2015 :  une démission de plus et l'imbroglio de l'annulation de PLU.
3 septembre 2015
à deux reprises le maire se dérobe devant ses responsabilités.
24 juin 2015 : le droit d'expression des élus.
4  juin 2015 :  la réfection de la voirie.
28 avril 2015 :  budget, irrigation et  cantine scolaire.
19 mars 2015 : 
le fonds Gabriel Vialle et la révision du PLU.
janvier 2015 : 
l'intermède du corbeau.

à Gémenos Fralib est devenu la SCOP-Thé-Infusions

La SCOP-TI sur la page LIENS...La SCOP-TI sur la page LIENS...

En mai 2015,   la production a redémarré à Gémenos, et fin septembre le thé des ex-Fralib est arrivé sur les rayons de Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Franprix où l'on peut désormais s'approvisionner !

Que diriez-vous de cette idée : irriguer la Monument Valley, avouez que ça aurait de la gueule ? et avec l'explosion de  la production de cactus ouvrir une gigantesque distillerie de mezcal ?


Moteur de recherche interne avec Google    


page "Conseils 2017"

mardi 23 janvier 2018

  • Au menu du conseil du 18 décembre 2017: abandon de compétences au profit de la Métropole, urbanisme apparemment sous influence et discrimination dans la restauration collective.

 Ce dernier 18 décembre, les conseillers de la majorité n'étaient pas tous présents, mais en progrès tout de même, enfin assez nombreux pour délibérer.
Cependant, une fois de plus, toujours pas de "questions diverses" à l'ordre du jour. C'est le moyen qu'a trouvé le maire pour que les questions qui lui sont posées et surtout ses réponses ne soient pas reportées au Procès-Verbal.
 Cela dure depuis des mois : devant le peu d'enthousiasme de la majorité le maire a de plus en plus de mal à réunir le quorum, il s'ensuit que les conseils sont de plus en plus espacés avec des ordres du jour démesurés.
Du coup l'opposition et moi-même avons refusé de rajouter de nouvelles délibérations aux 24 déjà prévues constituant un dossier "papier" de 2.6 kg et 521 pages !
C'est malheureux, mais c'est le seul langage que le maire comprenne.

Le conseil a été dominé par trois questions :

  •  Les pertes de compétences de la commune au profit de la métropole (délibération 014).
  •  La discrimination introduite sournoisement à travers la révision du Règlement du service Pôle Enfance (délibération 010).
  •   La modification du PLU qui consacre l'incompétence du maire et un "urbanisme sous influence" par l'omniprésence de Façoneo (délibération 016).

Merci au journal La Provence qui a rapporté les débats dans deux articles successifs consultables en suivant ces liens :

1 / La commune et la métropole.

Le contexte actuel est marqué, dans un climat délétère d'opposition de nombreuses communes dont celle irréductible d'Aix, par un transfert massif de compétences à la métropole d'Aix-Marseille :

 DÉVELOPPEMENT ET AMÉNAGEMENT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL
 AMÉNAGEMENT DE L’ESPACE MÉTROPOLITAIN
 POLITIQUE LOCALE DE L’HABITAT
 POLITIQUE DE LA VILLE
 GESTION DES SERVICES D’INTERÊT COLLECTIF
 PROTECTION ET MISE EN VALEUR DE L’ENVIRONNEMENT ET POLITIQUE DU CADRE DE VIE

compétences que la même métropole s'avoue souvent dans l'incapacité d'exercer, il s'ensuit des "conventions de gestion" par lesquelles les communes sont invitées à garantir la "continuité du service public".
Pour Cuges il s'agit de:

  • Service public de Défense Extérieure Contre l’Incendie (DECI),
  •  Urbanisme

Il y a pire, dans le cas de la commune voisine de Roquevaire c'est un service qui lui avait valu l'attribution en 2015 d'une "Marianne d'or", celui de la régie municipale de l'eau, qui a dû cesser, et la commune contrainte de s'associer à la SPL l'Eau des Collines, association qui n'a pas débouché. Et pour terminer ce fut l'aveu de la métropole de son incapacité à assurer le service ... et à la commune de se débrouiller. Bref, un gâchis généralisé !

 

2 / Le règlement du service Pôle Enfance met un terme aux "repas de substitution".

La direction municipale rejoint les mairies les plus réactionnaires, à travers une simple phrase, discrètement (voire sournoisement) placée dans un article apparemment anodin :

 

 

S'ensuivent les "explications tordues" du maire et l'adjoint Adragna, comme quoi "ce point n'était pas prévu dans le contrat passé avec le prestataire de service, la société Garig", alors que précédemment le service était assuré par le personnel communal sans que personne n'ait eu à le lui demander !  ou encore l'invocation de "nombreux  régimes", sans gluten, sans cacahuètes, sans porc, sans ceci ou cela ... alors que c'est bien la nourriture sans porc qui est très majoritairement concernée.

Le maire et Adragna n'ont même pas prévu que les enfants pourraient "avoir droit à une double ration de frites", radins en plus de ça !

Ils peuvent cependant, eux et leur équipe se vanter d'avoir fait parler d'eux dans la presse et les réseaux sociaux. Lors du conseil aucune objection n'a été formulée par aucun(e) d'entre eux, et pour certain(e)s l'affirmation d'une position idéologique ne fait aucun doute, voici la preuve par les réseaux sociaux, avec l'expression d'une conseillère de la majorité municipale, déléguée, ce n'est pas une blague, à l'action humanitaire...  :

Accédez aux informations sur le sujet en suivant les liens :

Dans le dernier document, le reportage de FR3, le journaliste rapporte la réponse du maire:

"On a 300 enfants à faire manger en 1H30, on ne peut pas se permettre de s'organiser autrement"

Vous avez bien lu ? et sans doute tout compris, on pourrait la formuler autrement :

" Il y a plus de 30.000 communes en France, mais la  seule où l'on doive nourrir des enfants, c'est la notre ! ".

Il n'y a rien à ajouter.

                                 lundi 22 janvier, FR3 à la sortie de l'école Chouquet.lundi 22 janvier, FR3 à la sortie de l'école Chouquet.
 Je parie que le 27 janvier, lors des vœux du maire, le buffet annoncé comme dînatoire sera largement fourni en charcuterie et pinard. Vous me direz car, ce jour-là, je serai ailleurs ... et si pour  l'apéro vous êtes plutôt "thé à la menthe et loukoum" faites comme moi.

Mise à jour du 25 février 2018: Il semble que devant la réprobation générale la municipalité ait fait machine arrière, au moins temporairement. A ce sujet suivre ce lien sur le quotidien "La Marseillaise".

 3 / La modification du PLU, après l'enquête publique de septembre.

 Pour mémoire la révision du PLU c'est une affaire qui dure depuis deux ans, émaillée de plusieurs recours devant le tribunal administratif, et arrive en conseil après l'Enquête Publique.

A l'examen du document, et particulièrement des réponses du maire aux questions soulevées lors de l'Enquête Publique on mesure, sans doute par défaut de compétence, la soumission de la commune à deux organismes qui ont la vocation d'être des associés, pas plus, les SPL Façoneo et l'Eau des Collines.

Le rejet par le maire des recommandations formulées par l'Agence Régionale de Santé (ARS) combiné à une manœuvre qui a duré deux ans, autour d'un hypothétique forage situé sur la commune de Gémenos, menée en dépit de l'engagement électoral de raccorder la commune au Canal de Provence, a conduit à une politique parfaitement incohérente, qui marque aujourd'hui le PLU :

Cet argument est développé dans mon intervention concernant cette délibération sur la modification du PLU:
                                  Cliquez sur la cadre pour accéder au document.Cliquez sur la cadre pour accéder au document.
Je joins enfin avec plaisir la contribution de Christian Kerneis dont je rappelle le rôle moteur dans l'évacuation du stock des vieux pneus en zone agricole et l'engagement en vue d'améliorer l'architecture et l'intégration des futurs bâtiments de la ZAC des Vigneaux:
                                 Cliquez sur le cadre pour accéder au document.Cliquez sur le cadre pour accéder au document.
et voici  le dernier document paru, une mise au point de l'association "Planète-Cuges", publiée par La Provence le 23 janvier :

 Cliquez sur le cadre pour accéder au document.Cliquez sur le cadre pour accéder au document.

 

10 novembre 2017

  • Au Conseil du 10 novembre, ça tangue sérieusement pour la majorité municipale :
    pour la 4eme fois depuis le début de l'année elle n'a pas réuni le quorum nécessaire à l'appel des conseillers.

3

 Scène surréaliste à l'appel des conseillers, en début de séance du conseil du 10 novembre 2017, 18h GMT ( vous mettrez vous-même des noms sur les intervenants, c'est facile ) :

- Une fois de plus vous n'avez pas le quorum ...
- Non Sabetta est en route, il va arriver...

- Même si Sabetta arrive, vous n'aurez toujours pas le quorum, vous êtes douze        présents, alors que vous devriez être au moins quatorze !
- Non, nous sommes treize.
- Pas du tout, vous ne pouvez pas inclure la secrétaire dans votre décompte !
- etc ...

Que celui qui conteste mes propos me fasse un procès en diffamation !
Le problème étant sans issue, je me suis joint aux élus de l'opposition qui ont quitté la salle, me disant que l'adjoint Sabetta risquait bien de ne jamais arriver, lui qui vient de Brioude en Haute Loire où il demeure désormais, à 400 km d'ici et un état des routes des plus incertains. En effet, ce jour-là il neigeait en Lozère et Haute Loire...

Il semblerait cependant qu'après notre départ tout soit "rentré dans l'ordre", Sabetta aurait réussi à franchir les congères et un conseiller qui avait donné une procuration à un collègue aurait, paraît-il, opportunément refait surface.

Et la majorité, toujours aussi silencieuse, a pu se mettre au travail, sans poser la moindre question, trouvant par exemple normal qu'un adjoint qui travaille à l'extérieur et demeure à Brioude, à 400 km de son poste, continue d'être adjoint au maire et d'en percevoir les indemnités.

La seule explication semble être que les employés municipaux, directement concernés, ont pu lancer une pétition pour qu'il conserve son poste et ses responsabilités !  [ allez, reprenez votre respiration, c'était une blague ! ].

L'adjoint n'est d'ailleurs pas le seul dans ce cas, un(e) autre conseiller(e) résiderait maintenant à Marseille, semble-t-il pour se rapprocher de Dieu ( Ah! la Bonne Mère ... ). A ce train là les futurs conseils risquent d'être encore plus difficiles à réunir, le maire devant tenir compte de l'état des routes entre Brioude et Cuges, exclure les jours de procession à la Bonne Mère, et le soir pour ceux qui, se couchant tôt, ne font que de rares apparitions, etc..., sans parler, avec les distances parcourues, de "l'empreinte carbone" de chaque réunion qui va exploser !

10 novembre 2017. Une rue de Brioude sous la neige, et la Bonne Mère sous le soleil.10 novembre 2017. Une rue de Brioude sous la neige, et la Bonne Mère sous le soleil.Pour ma part je proposerai, afin de faire bénéficier la commune de quelques économies, d'opérer à l'image des grands conseils d'administration, en distribuant des "jetons de présence", qui conditionneraient le versement des indemnités.

Au delà de l'anecdote, le problème est, plus sûrement, une conséquence directe des départs d'une demi douzaine de conseillers, provoqués par le maire en début de mandat, une faute qui ne peut évidemment être réparée.

Le juge du Centre de Gestion de la fonction publique territoriale avait, en février dernier, appelé le maire à "s’interroger très vite sur ses pratiques managériales". Il semble, six mois après, qu'il n'ait toujours pas été entendu !

Concernant ces péripéties  on pourra aussi lire l'article du site mefi, un regard extérieur aiguisé !

 Cliquez pour accéder à l'article de mefi, comme à Dallas, le pétrole en moins ...Cliquez pour accéder à l'article de mefi, comme à Dallas, le pétrole en moins ...

  Au bonheur du numérique, à Brioude l'adjoint Sabetta va pouvoir enfin déployer ses talents !Au bonheur du numérique, à Brioude l'adjoint Sabetta va pouvoir enfin déployer ses talents !

29 mai 2017

  • Cuges, le conseil du 22 mai 2017 a été dominé par le débat sur l'adoption de la charte du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume.

Dernière ligne droite avant le classement en conseil des ministres, le Projet de Parc Naturel de la Sainte Baume devait soumettre sa charte au vote des 29 communes de son territoire.  Le 22 mai c'était au tour de la commune de Cuges de se prononcer. Rappelons que la charte est un document non contraignant mais contenant un ensemble d'engagements dont le respect conditionne le bon développement et la pérennité de l'institution.

Le Président Michel Gros, maire de la Roquebrussanne, et le Directeur Alexandre Noël avaient fait le déplacement pour commenter une présentation vidéo et répondre aux éventuelles questions.

Le conseil du 22 mai 2017. (photo Frédérique Gros)Le conseil du 22 mai 2017. (photo Frédérique Gros)

 Dans ce débat, il m'a paru utile de rappeler au conseil  les mesures restrictives prises par le nouveau conseil régional consistant à supprimer les subventions jusqu'alors versées aux Conseils de Dévelop-pement des 7 parcs que compte la Région PACA, une politique qui met en grande difficulté l'expression de la société civile et l'activité de nombreux militants.

J'ai également tenu à souligner la nécessité de mettre en accord  les actes dans les communes avec les termes de la charte, en particulier dans la notre, en matière de décharges illégales et pour un urbanisme équilibré, en harmonie avec  l'architecture d'un village rural et qui souhaite le rester.

Voici un lien sur mon intervention au sujet de cette délibération qui s'est conclue de façon positive par une adoption de la charte à l'unanimité des conseillers, et le suivant sur l'article que La Provence a consacré à ce conseil :

cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.

 Je profite de ce moment particulier pour rappeler quelques informations supplémentaires à l'attention des personnes intéressées par le sujet, sous la forme de quelques liens :

 

le logo définitif du PNR.le logo définitif du PNR.

- Le  site internet du PNR de la Sainte Baume,

- Celui de son Conseil de Développement,

- L'adresse où télécharger la charte du Parc  (14,2 Mo),

- Celle où télécharger un très intéressant résumé  (20,9 Mo),

- Le catalogue des Rendez-vous 2017,

- Enfin, grâce à Youtube,  un accès à la vidéo de présentation du Parc :

 "20 min d’immersion dans le projet du Parc en devenir".

  • Le prix de l'eau livrée par camion soulève encore des questions.

A l'occasion d'une délibération sur la gestion de l'eau, je soulevai une nouvelle fois, cette fois-ci aidé par de nouveaux documents, le problème des conséquences de la reconduction globale du prix de la SEM de l'eau livrée désormais par "l'Eau des Collines". Les bénéfices indus que récupérait la SEM depuis des années passent désormais dans une augmentation de 97% du forfait de livraison (personnel + transport) facturée par "l'Eau des Collines".

Voir le texte de mon intervention en suivant ce lien.

Le maire a "pris note de ma remarque", mais, vu que c'est la troisième fois que je la présente, je crois qu'en attendant une hypothétique réaction, je vais alerter les personnes concernées (je devrais dire les victimes) ainsi que, pour information, les autres communes du Pays d'Aubagne et de l'Étoile.

Pour les autres questions à l'ordre du jour, en particulier les Indemnités des élus et l'avenir du bureau de poste, je renvoie le lecteur au compte-rendu publié par La Provence.

 



12 avril 2017

  • La ZAC des Vigneaux s'invite à nouveau au Conseil Municipal du 6 avril 2017 :
    le collectif Cuges Qualité Vie y réitère des demandes mesurées mais le maire "perd ses nerfs" et un peu plus de crédibilité.

De nombreuses personnes s'étaient déplacées à l'ouverture du conseil municipal ce jeudi 6 mars, répondant à l'appel du  collectif Cuges Qualité Vie afin d'appuyer une demande visant à reconsidérer l'implantation et l'architecture des bâtiments de la ZAC.

La motion  est lue devant le conseil et un public nombreux. (photo F.Gros)La motion est lue devant le conseil et un public nombreux. (photo F.Gros)

Avant que le conseil ne démarre, réservé ce soir-là aux délibérations du budget primitif de la commune, la motion du collectif fut lue par un de ses membres, une motion précise et très mesurée, qui avait manifestement été rédigée avec le souci de ne heurter personne. On pourra s'en convaincre en accédant au texte proposé en suivant ce lien :

 Cliquez sur le cadre pour accéder au texte.Cliquez sur le cadre pour accéder au texte.

La réponse du maire fut, de façon délibérée "hors sujet", invoquant des contraintes qui de toute façon n'étaient pas contestées comme celle de l'obligation de logements sociaux.
Comme personne n'était dupe, le maire, haussant le ton, s'en prit alors à ses prédécesseurs, une fois de plus car c'est son argument fétiche, les accusant d'avoir "fait n'importe quoi", et provoquant finalement le départ de la conseillère Mireille Parent, suivie des conseillers de l'opposition et de moi-même.

Incapable de dialoguer et même d'écouter, le maire, à court d'arguments, est allé jusqu'à menacer le public de faire intervenir les forces de l'ordre, un élément assez révélateur quand on sait que depuis 3 ans il se refuse systématiquement à y recourir en réponse aux nombreuses violations de la loi dans les affaires de décharges illégales, et ce malgré des demandes répétées, y compris de la part du Préfet.

Ici vous pouvez  polluer en toute impunité mais pas contester une décision du maire !

 

Suite aux propos du maire, une certaine confusion s'installa.Suite aux propos du maire, une certaine confusion s'installa.
Dans l'affaire récente du Directeur des Services Techniques dont le maire réclamait la révocation, le jury du conseil de discipline avait conclu par cette recommandation à la direction municipale "de s’interroger très vite sur ses pratiques managériales...". Il ne semble pas, aujourd'hui, que le maire en ait tiré le moindre enseignement dans sa communication avec ses administrés.

Nous résumons car ces incidents ont donné lieu à plusieurs publications que nous avons regroupées ici :
- L'article de La Provence du 8 avril qui relate les faits et commente les délibérations du budget 2017, où la majorité se retrouvant exceptionnellement seule a pu voter et débattre "entre soi", dans un climat de "quiétude unanime". Ainsi que voter une augmentation de l'indemnité du maire justifiée par des "déplacements accrus", très certainement imputables à la Métropole et déjà indemnisés par celle-ci. Les habitants apprécieront ce soutien qu'on leur fait supporter pour les finances d'une Communauté qu'ils n'ont pas eu le loisir de choisir.

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.
- L'article du site aubagnais Mefi!, présenté non pas dans le mode "Tombstone" mais plutôt "Dallas-les-Pins", qui n'est, en fin de compte, pas très éloigné:

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.
- Et, pour être complets, deux articles de La Provence du 10 avril relatant des entretiens avec deux conseillers de l'opposition, respectivement sur l'épisode de la motion sur la ZAC :

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.
et concernant le budget de la commune:

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.
Pour ma part, ce que j'avais à dire sur le budget de la commune, je l'ai déjà dit lors du conseil du 20 mars 2017 réservé au Débat d'Orientation Budgétaire, à savoir un manque d'ambition et de perspective et un renoncement à l'essentiel des projets défendus lors des élections de 2014.

De la part des élus de la majorité on aura pu observer un mutisme général, dont on se demande si il doit être interprété comme un manque de courage ou un consentement, à une exception près toutefois, celle d'une conseillère, qui semble-t-il excédée, décidait de quitter la séance mais fut très vite rattrapée par le maire inquiet de voir son quorum s'envoler - détail qui en dit long aussi sur le nombre d'absents parmi l'équipe majoritaire à l'un des conseils les plus importants de l'année !

Lassitude, désintérêt ou crainte de croiser le regard de concitoyens en colère ?

En conclusion de ce conseil on aura un budget sans vision pour l'avenir de la commune mais "compensé", pour le "Bunker-Destrost", par des volets repeints à une couleur provençale. J'invite ceux qui le peuvent à s'associer au travail du collectif Cuges Qualité Vie.

 

police ou gendarmerie ? pas contre les pollueurs, mais les "envahisseurs".police ou gendarmerie ? pas contre les pollueurs, mais les "envahisseurs".

 

Mise à jour du mercredi 19 avril 2017 :

Vous pouvez accéder par ce lien au Compte-Rendu par le collectif de la réunion qui s'est tenue en Mairie le 10 avril 2017.


30 mars 2017

  • Au Conseil du 20 mars 2017 : Le Rapport d'Orientation Budgétaire de la majorité confirme, à mi-mandat, le renoncement  à ses engagements de campagne.

Commençons par l'article publié par la Provence, qui doit être remerciée pour son assiduité, et son sérieux:
cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.

Un seul point à l'ordre du jour de ce conseil du 20 mars 2017, un seul mais important, le Débat d'Orientation Budgétaire introduit par un rapport comportant les engagements pluriannuels envisagés ainsi que la structure et la gestion de la dette.
A mi-mandat c'était l'occasion, dans une prospective à l'horizon 2020, d'y mesurer la place occupée par les grands projets de la campagne de 2013 :
l'irrigation de la Plaine par le Canal de Provence et la restauration du système d’as- sainissement pluvial, la déviation et l’ouverture d’un centre actif de village ...

Mais dans ce rapport de 27 pages, dont vous pouvez accéder à la version intégrale en suivant ce lien, constellé de chiffres et de tableaux, pas trace de ces projets - d'aucun de ces projets - .

Et, comme je l'ai fait observer lors de la séance, voici les réponses obtenues (inscrites au PV):

 - Réponse de la 1ère adjointe, qui a présenté le rapport:

" Il s’agit d’une analyse prospective. Pour l’irrigation de la plaine, le projet est en cours d’études et c’est l’Eau des Collines qui y travaille "

De toute évidence la 1ère adjointe ignore que l'irrigation des terres agricoles ne fait en aucun cas partie des attributions de l'Eau des Collines, même si celle-ci privilégie depuis 3 ans, y compris pour l'agriculture, l'utilisation du forage de Coulins, appartenant à la commune de Gémenos, dont on savait depuis 2013 que son maire s'y opposait.
Au bout de 3 ans perdus à tourner en rond autour d'une hypothèse non réalisable et en plus con- traire à la Charte Régionale de l'Eau votée, à la fois, par la municipalité de Cuges  et l'Eau des Collines, les deux semblent avoir enfin compris qu'il fallait l'abandonner.
Ceci dit, si l'irrigation par le Canal de Provence se faisait, l'Eau des Collines pourrait effectivement y brancher ses tuyaux !
Autant dire que la 1ère adjointe ignore l'essentiel de ce dossier.

- Ensuite la réponse du maire :

"Mais la population attend autre chose, elle a d'autres priorités, notamment celle d'avoir une voirie propre".

Réponse carrée ! mais il semble que la hiérarchie des tâches et le caractère productif de certains investissements ne soient pas bien présents dans l'esprit du maire. Le seul point positif, si l'on peut dire, réside dans la clarté de l'aveu énoncé lors de ce conseil. Un aveu librement exprimé ... et le mépris à l'égard des habitants auxquels il a été tant promis.
Les personnes qui travaillent effectivement sur ce dossier, personnels de l'ex-Agglo, Chambre d'Agriculture, SAFER, Agriculteurs ... apprécieront, ceux qui lors des élections, s'étaient prononcés en fonction des projets proposés aussi.

Encore deux remarques sur ce rapport, en s'aidant d'un extrait du document, page 22, ou l'on trouve d'autres perles (surlignées en jaune) :


"boucler son mandat en termes d'investissements, à l'horizon 2020"

On vient d'en parler : le décollage économique de la commune, ce n'est pas pour demain !

"Les départs à la retraite prévisibles dans les 3 à 5 années à venir offriront à la commune de nouvelles potentialités d’économies..."

Voilà un objectif mobilisateur pour la jeunesse ! On continue avec la vieille recette qui consiste à considérer l'emploi comme variable d'ajustement prioritaire des finances municipales. La commune pourrait ainsi changer encore de statut, passant de "village dortoir" à "village mouroir".


"Les retards d’investissements engendrés par les choix passés devraient peu à peu être résorbés dans les cinq années à venir."

Il fallait s'y attendre, voilà de nouveau l'argument inusable, celui consistant à désigner ses prédécesseurs comme responsables des retards, des erreurs, enfin de tout..., encouragés  il y a peu par les responsables départementaux, vous vous souvenez de l'expression utilisée par la Présidente Vassal :  "un village maintenu au pain sec et à l'eau"  ?
Peut-on attendre de cette équipe qui en est à guetter le moindre départ à la retraite non remplacé comme une preuve de réussite, une vision d'avenir pour la commune ?

Comprendront-ils un jour que le fond du problème est que nous vivons dans un département pauvre et que la ville de Marseille également pauvre, draine les ressources communes de façon déséquilibrée, au détriment de nombreuses communes qui l'entourent, dont la notre, et ceci depuis des décennies ! Guerini ou Vassal ? Peu importe, il nous reste les miettes. Et c’est une idiotie que de laisser croire qu’avec ses alliés, "les Républicains" ou d'autres, on peut escompter de meilleures perspectives.

Vous êtes sceptiques ? Alors voilà une preuve sur laquelle je vous suggère de réfléchir 5 minutes. Elle concerne une commune que je connais bien, Langogne au nord de la Lozère.
La Lozère est l'un des départements les plus pauvres de France, Langogne a une population inférieure à 4000 habitants, et ne possède ni une grande usine de pneus ni un quelconque pactole. Elle est pourtant dotée de nombreux équipements dont Cuges est privée, même pas envisageables à l'avenir, gymnase, piscine, salle de cinéma, gendarmerie, hôtels, zone commerciale, lycée, un festival, un hôpital et une maison de santé flambant neuve ...

Pardon de remuer le couteau dans le plaie mais pour répondre au rapport sans couleur ni ambition de la direction municipale il faut que les choses soient dites et montrées, je vous en propose quelques unes à l'aide du diaporama qui suit , et qui se passe à 950 mètres d'altitude .

                                                                                                                                André Lambert, conseiller municipal

Langogne, 1000 habitants de moins que Cuges, mais quelques équipements en plus, ( et pourquoi ? bonne question ! ).

  • Conseil du 20 mars 2017, questions diverses,
    ZAC des VIgneaux, on parle d'architecture ...
    ils repeignent les volets.

A ce conseil j'étais mandaté par un groupe d'habitants pour présenter, dans les "questions diverses", un texte pour tenter, une fois de plus, d'obtenir des améliorations architecturales sur le  "très lourd, inesthétique et mal orienté" bâtiment de la ZAC des Vigneaux,

Accédez, par ce lien, au texte du collectif d'habitants de la commune.

En réponse le maire, pour attester de son efficacité, lit fièrement un courrier du Directeur de Façoneo, auquel vous pouvez accéder en cliquant sur le cadre suivant :

 cliquez sur le cadre pour accéder au courrier de Façoneo.cliquez sur le cadre pour accéder au courrier de Façoneo.

Là, je dois vous prévenir que si vous n'êtes pas doués d'un bon sens de l'humour, il vaut mieux vous abstenir. En effet vous y découvrez qu'il y aura bien des tuiles sur le toit et que la couleur des volets sera adaptée au "caractère provençal" !

Merci Façoneo, nous en sommes tout retournés.

Vous pourrez à cette occasion découvrir que le Directeur de Façoneo n'est pas dépourvu d'un certain sens de l'humour. Après les modifications "décisives" qu'il vient d'annoncer, il n'hésite pas à ajouter à la main, comme pour bien montrer tout son intérêt pour le sujet :

"Je reste à ton écoute, amitiés".

On comprend que le maire soit comblé.

En conclusion, si nous n'obtenons rien de plus, peut-être pourrions nous au moins trouver à cet édifice un nom qui, pour les générations futures, rappellerait notre action (et la gloire du bâtisseur).
On connaît déjà le "Centre Pompidou", le "Musée Chirac du Quai Branly", la "Grande Bibliothèque F.Mitterrand", alors que diriez-vous de "Blockhauss Destrost de Cuges" ?
Si vous aimez faites suivre ...

Pour terminer en restant proches des architectures célèbres voici la Grande Gare de Milan qui fut inaugurée en 1931, un bâtiment "complexe et majestueux", fortement influencé par Benito Mussolini qui voulait que la gare représente la puissance du régime fasciste.

Alors, après avoir rebaptisé le bâtiment, pourquoi ne pas renommer la ND8  "Avenue Mussolini" ?

 

En arrivant à Cuges, vous n'aurez qu'à penser à la célèbre Gare de Milan.En arrivant à Cuges, vous n'aurez qu'à penser à la célèbre Gare de Milan.

 

Le collectif CUGES QUALITE VIE vous invite au prochain Conseil Municipal.

 

 

L'information est également relayée par le site Mefi! qui présente aussi l'une des premières "perspectives" de la ZAC des Vigneaux  avant la récente  "mussolinisation architecturale".

 

 Pour rester informé inscrivez-vous à la Newsletter

 


14 mars 2017

  • Conseil municipal du 2 mars 2017, au menu personnel communal, marchés publics, la médiatèque, les décharges sauvages et la vidéo-surveillance ...

Pour le compte-rendu (non exhaustif !) on va s'appuyer sur ceux du journal La Provence qui a couvert le conseil avec trois articles publiés les 6 et7 mars 2017. Nous y apporterons quelques commentaires et des compléments.

  • 1ère partie :

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.

La fin de l'article concerne les décisions du maire , et c'est l'occasion de constater de sa part un flagrant excès de pouvoir. A titre d'exemple, celle concernant l'extension de la vidéo-surveillance ne contient pas moins de dix articles donnant lieu à "DECISION", or seul l'article 2 sollicitant l'attribution d'une subvention est permis au maire en vertu des termes de la délégation qu'il a reçue du conseil. Afin que chacun puisse vérifier le bien fondé de l'explication que nous donnons, nous reproduisons à travers les deux liens suivants les textes concernés :

Le maire a outrepassé ses droits à plusieurs reprises, mais ce qui est plus inquiétant c'est que pas une seule remarque ni réserve n'ait été émise à cette occasion par aucun des membres de son équipe.

De toute évidence ils se satisfont d'être mis sur la touche ! Quel bel esprit critique !

  • 2ème partie :

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.L'article souligne à juste titre le travail d'avant garde réalisé par le personnel de la médiathèque. Quant au "fonds Gabriel Viale" qui n'était pas mentionné dans la délibération, il est venu sur le tapis suite à une question de A. di Ciaccio.

Si une initiative est prise à ce sujet, il faut que ce soit de façon urgente. En effet c'est "la durée de vie" de quelques 5000 CD qui est en jeu aujourd'hui. J'étais intervenu à ce sujet il y a deux ans lors du conseil du 19 mars 2017 (*), intervention qui n'avait suscité qu'une remarque ironique du maire. Deux ans au cours desquels rien n'a été entrepris, alors, la formation d'un "groupe informel de réflexion" ? pourquoi pas ...

(*) Vous aurez noté que, non seulement, TombstonePost vous informe mais qu'en plus le site conserve les informations sur la durée, et ça c'est pas négligeable !

  •  3ème partie :

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.

Parmi les "Questions diverses" celle sur laquelle j'étais intervenu au conseil précédent revenait, en l'absence de réponse, sur le tapis. Je la reformulai ainsi :

A la réponse du maire je manque tomber de ma chaise ! En effet il déclare avoir pris un arrêté interdisant les décharges privées sur le terrain communal, lequel est fermé par un cadenas ! Pourquoi pas interdire aussi l'accès à la mairie lorsque celle-ci est fermée à clé ? Pour le reste la mairie n'a pas porté plainte et les enregistrements des caméras n'ont pas été visionnés car, selon les propres termes du maire :  "du fait de l'orientation des caméras les images ne sont pas exploitables".

Mais à quoi servent donc ces caméras supposées assurer la "vidéo-protection" ? Sont elles orientées vers le ciel  ? Et puis comment le maire peut-il savoir que le véhicule recherché ne s'y trouvera pas ? A force de tourner autour du pot, le maire nous pousse vers une autre hypothèse :  tout se passe comme si, avant même de les examiner, il connaissait le contenu des enregistrements vidéo ...

Vous le savez sans doute, la recherche de la vérité est un chemin souvent long et parfois tortueux ....

  • Additif sur un point non évoqué en séance : c'est quoi cette "affaire de Directeur des Services Techniques" ?

Cela fait des mois que ça dure, avec parfois quelques échos noyés dans un épais brouillard. A défaut d'informations claires provenant de l'autorité municipale qui devrait en être la source naturelle, on doit faire avec celles que l'on trouve ailleurs. Par exemple, le site internet des voisins aubagnais de MEFI donne de cette affaire qui semble maintenant conclue, au moins du point de vue judiciaire, un récit pour le moins coloré, le voici :

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article du site MEFI.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article du site MEFI.

A  la lecture de cet article, et dans le but de dissiper un peu le brouillard, nous sommes amenés à formuler deux questions :

  • Est-il exact que le maire de Cuges a demandé la révocation du Directeur des Services Techniques de la commune ?
  • Par quel bilan financier pour la commune se solde cette affaire (salaires, avocats etc ...) ?

Si j'obtiens une réponse je fais suivre, promis ...


4 février 2017

  • Après deux conseils annulés, celui du 16 janvier 2017 fut tendu, avec la confirmation d'un déficit de compétence de la direction municipale.


Après l'annulation injustifiée des conseils des 12 et 19 décembre 2016, celui du 16 janvier a débuté par une longue déclaration du maire.

  • PLU bricolé, mon recours au Tribunal Administratif.

Il informa d'abord le conseil du rejet par le Tribunal Administratif de mon recours pour "abus de pouvoir" concernant des irrégularités affectant la délibération sur la "Modification simplifiée du PLU" du conseil du 19 Mai 2016. J'y reviendrai en détail à la fin de l'article.

  • La catastrophe architecturale de la ZAC des Vigneaux.

Puis, suivit un long et laborieux monologue concernant une motion de l'opposition sur l'architecture prévue pour les bâtiments de la ZAC des Vigneaux, à l'esthétique "exotique" presque unanimement contestée. Il y fut question, refrain connu..., de la responsabilité de ses prédécesseurs appuyée d'une charge particulièrement violente visant le conseiller A. di Ciaccio, des propos qui dépassent manifestement le besoin dans lequel se trouve le maire de devoir re-potasser les codes de l'urbanisme, des marchés etc...
Ce réquisitoire fut suivi, cerise sur le gâteau, d'une tentative d'interdiction de toute réponse, ce qui est une tendance, de la part du maire, à devenir une fâcheuse habitude.

De la réponse que l'opposition a tout de même réussi à exprimer - je vous passe les détails que vous pourrez retrouver dans les références en fin d’article - il ressort que le maire se trouvait, du fait du non respect de délais par Façoneo, en position favorable pour négocier des aménagements architecturaux à la satisfaction de tous, mais qu'il a préféré signer le permis de construire en renonçant à tirer profit de la marge de manœuvre qui se présentait à lui.

Une attitude de démission qui rappelle celle que j'ai dénoncée à plusieurs reprises, en relation avec le refus constant du maire d'exercer ses pouvoirs de police contre les auteurs des nombreuses décharges sauvages sur la commune.

En voyant ça les visiteurs feront tous demi-tour. On va enfin être tranquilles !En voyant ça les visiteurs feront tous demi-tour. On va enfin être tranquilles !Pour tenter de contrer ce gâchis environnemental, un recours collectif s’est mis en place, je ne peux qu'encourager le plus grand nombre d'habitants à s'y joindre en prenant rapidement contact avec le "Collectif Cuges Qualité Vie"  :  collectifcugesqualitevie@gmail.com

Et pour plus d’information sur cette initiative suivre ce lien.

  • Contrats de personnels.

Plusieurs délibérations ont concerné le recrutement d’agents municipaux  des services d’animation,  périscolaire. Il s’avère que les deux reports des conseils des 12 et 19 décembre, causés par la paralysie de la direction municipale devant la Chambre Régionale des Comptes, ont eu pour conséquence directe la rupture de certains contrats (le matin du 3 janvier certains employés ont été priés de rentrer chez eux !) qui auraient donc pu être facilement évités.

  • Annulation d’arrêtés de toutes les délégations.

La délibération n°20170116-011 a de quoi surprendre :

« Par la présente, le Conseil municipal est amené à annuler, à compter de ce jour, l’ensemble des arrêtés de délégation de fonctions et de signature et l’ensemble des arrêtés de délégation de signature pris depuis le début du mandat pour l’ensemble des adjoints, des conseillers municipaux et des fonctionnaires territoriaux. »

Tous les responsables allaient-ils être priés de rentrer chez eux et leurs indemnités coupées  ?

Non, il s’agissait, selon le maire, de « suivre les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes ». On ne saura pas lesquelles, cependant on sait que les  arrêtés de délégations sont de la responsabilité du maire qui ne se prive pas depuis le début du mandat de les accorder et retirer selon des choix strictement personnels sans même en référer aux intéressés, comme j’ai pu l’expérimenter personnellement : ma délégation à l’agriculture et l’environnement me fut retirée sans aucune explication ni  information, pour être confiée à une collègue, également à son insu !

Le but de cette délibération était manifestement de conférer un peu de respectabilité aux décisions aléatoires du maire depuis le début du mandat, sans doute afin de rehausser son niveau aux yeux de la CRC.

L ‘opposition et moi-même avons refusé de participer à ce vote sans objet ni intérêt. Et il est loin d’être évident qu’elle aurait finalement pu être adoptée si elle n’avait pas été opportunément retirée dans la plus grande confusion.
Il n'a manqué que le conseil municipal des enfants pour s'instruire un peu du fonctionnement du « conseil municipal des grands » .

  • Questions diverses : les décharges sauvages.

J’avais envoyé ces questions sur les dernières décharges sauvages avant le conseil, finalement annulé, du 12 décembre 2017, c’est dire que le maire et les adjoints ont disposé de tout le temps nécessaire pour préparer  une réponse.

Le traitement de cette question est développé en page "Environnement/Décharges".

  • Les détails sur mon recours auprès du Tribunal Administratif.

Rappelons qu’à l’origine de mon recours il y a la délibération No 20160519-04 « Modification simplifiée n°1 du PLU de Cuges-les-Pins », adoptée le 19 mai 2016 par le conseil municipal de Cuges-les-Pins.

J’y relevais des irrégularités aggravées par l’interdiction qui m’était faite par le maire de faire figurer mes observations au Procès-Verbal du conseil.

Après  une démarche restée sans réponse auprès des services de la Préfecture le 27 juin 2016, j’ai adressé un dossier de recours auprès du Tribunal Administratif le 17 octobre 2016. La réponse du Tribunal en date du 16 novembre 2016 m’informait du rejet de mon recours.

Le maire annonça le rejet de ce recours à l’ouverture du conseil du 16 janvier 2017, sans commentaire sur le motif de son rejet. Il aurait pu en effet mentionner que le rejet était dû à une raison de pure forme, mais peut-être a-t-il préféré laisser croire à l’auditoire qu’il avait gagné sur le fond.

En fait il n’en est rien. En effet, pour avoir omis de mentionner dans mon courrier au Préfet « le bon article du Code Général des Collectivités territoriales », à savoir l’article L.2131.8, mon recours a été rejeté sans même avoir été examiné sur le fond.

Les irrégularités demeurent, la responsabilité de tous les élus de la majorité reste engagée, mais mon recours est rejeté ...

C’est ainsi … un peu comme si, après vous être fait voler un portable, votre plainte ne puisse pas être enregistrée parce que vous ignorez le numéro de l’article du Code de Procédure Pénale dont relève l’infraction !

Malgré la mort juridique de ma démarche j’ai tout de même décidé, de publier l’intégralité du dossier, et ceci  pour deux raisons :

  •  Comme vous pourrez le constater, le dossier est sérieux et, grâce aux pièces versées en annexe, ne prête pas à interprétation. Vous pourrez ainsi vous faire votre opinion sur une relation des faits que le Tribunal ne s’est pas donné la peine de lire.
  • Il reste un avenir sur le fond pour ce recours. En effet si le mien a été rejeté d’autres formés aussi sur les irrégularités de cette même délibération ont été, eux, enregistrés et sont actuellement instruits par le Tribunal. Ce que le maire a omis de mentionner le 16 janvier.

Ceci me suffit pour affirmer que l’affaire n’est pas enterrée et suit son cours de façon satisfaisante. Et si j’y suis autorisé je ne manquerai pas de vous informer de l’issue de ces procédures.

Grâce aux liens suivants vous pouvez consulter l’ensemble du dossier de mon recours :

Avant de conclure je mentionnerai que mes deux courriers aux services de la Préfecture des BdR, en date des 27 juin 2016 et 12 octobre 2016, toutes deux en LRAR, sont, à ce jour restées sans réponse.

Je trouve cette situation ni normale ni saine à l’égard d’un élu dans l’exercice, parfois difficile, de son mandat. Je mentionnerai, à l’opposé, les démarches que j’ai effectuées fin 2016, au nom d’un collectif d’élus de Lozère engagé dans une initiative pour la défense du Parc Naturel Régional des Sources et Gorges de l’Allier. Les destinataires étaient respectivement :

Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement , de l’Energie et de la Mer,

Monsieur Jean-Michel Baylet, Ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales.

Pour chacune de ces démarches j’ai eu le plaisir de recevoir une réponse, comme vous pouvez le vérifier en cliquant sur les liens suivants ( le corps des textes y a été masqué pour des raisons de confidentialité ) :

Je vous vois venir, vous allez me dire que je ferai mieux à l’avenir de m’adresser, plutôt qu'au Préfet, directement au Ministre de l’Intérieur, ou alors apprendre par cœur le Code Général des Collectivités Territoriales. Bien, je vais y réfléchir …

  • La couverture médiatique

Le journal La Provence a publié dans son édition du 18/01/2017 un compte-rendu détaillé de ce conseil, on y accède en suivant ce lien :

 

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article. (Nelle fenêtre)Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article. (Nelle fenêtre)
Lire aussi le compte-rendu du conseil sur la page facebook de « uni.e.s.pour.cuges ».

Merci à nos voisins aubagnais du site « mefi.tv » de s’intéresser à nous,
suivez ce lien sur leur lecture de notre dernier conseil.
Et pour finir un dernier article de  « mefi.tv » sur :
l’état du service public municipal à Cuges,   ça vaut le détour !

évocation cugeoise par "mefi.tv"évocation cugeoise par "mefi.tv"

1er janvier 2017

  • Après les deux conseils fantômes des 12 et 19 décembre, celui du 16 janvier 2017 risque d'être animé.

On fait bien le travail puisqu'on fait même le compte rendu des conseils qui ne se sont pas produits. Celui convoqué le 12 décembre a en effet été reporté au 19 décembre, lui-même reporté au 16 janvier 2016, la raison invoquée est la suivante :

"suite à la réception du rapport de la Chambre Régionale des Comptes, monsieur le maire a décidé de revoir le contenu de certaines délibérations qui étaient inscrites à l’ordre du jour de la séance de ce soir."

Sachant que le rapport de la Chambre Régionale des Comptes est, à ce stade,  à la fois provisoire  et confidentiel et que l'ordre du jour du conseil ne comportait que des délibérations "ordinaires", on a du mal à accorder du crédit à la raison invoquée. La raison est sans doute à chercher ailleurs ...

Ayant préparé pour la réunion du 12 décembre des questions écrites relatives aux dernières décharges sauvages, respectivement "décharge municipale, route de Riboux" et "plateau équestre du Col de l'Ange" je vous les communique en prévision de la réunion du 16 janvier (si celle-ci est maintenue !). Depuis, le dossier ayant avancé, ses éléments sont intégrés à la page "Décharges" du site.

Il reste aussi à obtenir des explications du maire au sujet du permis de construire d'un bâtiment de la ZAC signé deux jours après que de nombreux conseillers aient émis de sérieuses réserves quant à l'architecture, et plus de 400 habitants aient signé une pétition exprimant ces réserves.

A cet égard j'ai relayé sur mon espace réservé, à paraître sur le prochain Cuges-Mag, la déclaration suivante, à la demande d'un groupe d'habitants de la commune:

  • M Le Maire affirme, concernant la ZAC des Vigneaux, dans son discours de vœux pour 2015:
    «Nous avons veillé à ce que demain dans ce quartier, la hauteur des bâtiments soit limitée et respecte l’existant de notre village»
    Le 6 décembre 2016, M Le Maire accorde 2 permis de construire, de hauteur imposante (R+3) et à l’architecture contestée par la majorité des conseillers et plus de 400 pétitionnaires.
    Ne faut-il pas rappeler à M Le Maire, qu’il est d’abord au service de la population, avant d’être à celui des aménageurs et promoteurs immobiliers ?

Enfin, il semble acquis que la direction municipale, s'est une fois de plus, dispensée de prendre, au sujet de l'architecture des bâtiments de la ZAC, conseil auprès des chargés de mission du PNR de la Sainte Baume, comme la charte du Parc l'invite pourtant à le faire.