La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Partager via un média social

Les Républicains

survivront-ils à Fillon et Wauquier ?
heureusement que les Balkany sont là !

un petit clic pour la page "Galerie" ...un petit clic pour la page "Galerie" ...


« rester connecté à la vraie vie »

Cliquez pour lire l'article de Médiapart.Cliquez pour lire l'article de Médiapart.

Nos animaux fétiches "Jojo le Mérou" et "Paul le Poulpe" sont désormais rejoints par "François le Homard".

Gilets jaunes

Forcément, ils sont moins nombreux aujourd'hui ...

Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".
Voie de Valdonne

16 juin à Roquevaire, le collectif V2V maintient la pression.

Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Et pour accéder à la dernière conférence de presse, c'est ici.

Banalisation des violences policières:
Gazés à bout portant comme des insectes !

Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Plus de 300 activistes non violents se sont regroupés sur le pont de Sully, à Paris, pour dénoncer l’inaction face au dérèglement climatique. Gaz lacrymogène dans les yeux, coups de matraque, injures… la réponse de l’Etat. C'était le 28 juin en pleine canicule.

bl

lllllLL'été de Trump à Metz,

Il pique une tête dans la Moselle.

cliquez pour lire l'article du huffingtonpostcliquez pour lire l'article du huffingtonpost

06/09/2018  Ouf ! Gaudin démissionne de la Métropole.

Il va pouvoir se concentrer sur la gestion de sa mairie de Marseille actuellement étrillée par le Parquet National Financier, la Cour des Comptes et le Préfet  (3 articles de Médiapart) :

1/3: Dans les placards de la municipalité,

2/3:  Et le service public, il est où ?

3/3:  Des bibliothèques à la dérive.

Marseille 5 nov : l’effondrement de trois immeubles illustre l’incurie des pouvoirs publics.

 Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018. Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018.

L'heure des comptes aurait-elle sonné ?

Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...

 "Paul Bismuth", Bygmalion, mais surtout les soupçons de financement libyen visent désormais N.Sarkozy et son entourage.
"L'histoire d'une haute trahison", le livre de F.Arfi et K.Laske, résultat de six ans d'enquête, vient de paraître.
21 mars 2018 :
Sarkozy est mis en examen pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournement de fonds publics  libyens".
29 mars 2018 :
Sarkozy est renvoyé en correctionnelle  pour trafic d’influence et corruption à la Cour de cassation.
8 octobre 2018 :
  petit à petit,  ça vient ...
N.Sarkozy voit son premier recours dans l'affaire des "écoutes" rejeté par la justice.
25 octobre : nouveau coup dur !
Affaire Bygmalion : la cour d'appel confirme le renvoi en correctionnelle de N.Sarkozy.
30 janvier 2019 :
Financement Lybien : Nicolas Sarkozy perd définitivement contre Médiapart devant la cour de Cassation.
25 mars 2019 :
Affaire des "écoutes": La justice rejette les recours de N.Sarkozy.

19 juin 2019 :
Dans l'affaire Paul Bismuth N.Sarkozy sera bien jugé pour corruption, une première pour un président de la République.

encore à suivre, patience ..., les Gilets Jaunes, eux, passent en "comparution immédiate". La justice est la même pour tous, mais à une vitesse adaptée à chacun !

Guernica :
les 80 ans du tableau de Picasso et des bombes nazies sur la ville.
Le 26 avril 1937, la petite ville basque espagnole brûlait sous les bombes larguées par des avions de la légion Condor envoyée par Hitler.

En savoir un peu plus sur le sujet...


 Page Actualité

12 juillet 2019 :  Instrumentalisation de la Saint Eloi.

29 janvier 2019 :   Vaudeville municipal à Cuges .

25 octobre 2018 :  La campagne lozérienne 2018, ce fut un bon cru.

16 mai 2018 :   Et maintenant, à vous de jouer !

15 mai 2018 :   Une rando-Découverte le 21 Mai .

30 mars 2018 :  Au Conseil de Territoire, abandon du Val'Tram et un forage suspect pour la ZAP de Cuges.

24 janvier 2018 :  Accident mortel de parapente à Cuges.

19 octobre 2017 :  Réunion sur l'environnement au Circuit du Castellet avec les riverains.

20 octobre 2017 : Révision du PLU: l'occasion imprévue de rendre un hommage appuyé à la "coquille".

22 mai 2017 :  Avis d'enquêtes publiques sur la ZAP et l'aérodrome du Castellet.
Les commandes groupées pour les restaurants scolaires.
Législatives et la fameuse "réserve parlementaire" .

3 mai 2017 :  Le deuxième tour des élections présidentielles, le 7 mai.

30 mars 2017 :  La demande par le maire de révocation du Directeur des Services Techniques mise en échec par le Conseil de Discipline.

14 février 2017 :  A travers le contrat avec "l'Eau des Collines", le maire se débarrasse d'un service municipal, un de plus !

7 février 2017 :  Plutôt un présumé-voleur que la défaite !  Les élus LR de la 9eme circonscription ne sont pas très regardants.

23 décembre 2016 :  La photo du président de PACA Estrosi en compagnie du tueur du 14 juillet de Nice.

24 octobre 2016 :  Un tour d'horizon sur la rentrée d'automne 2016.
 18 sept. 2016 :  Un procédé de traitement des rejets liquides dans les calanques, permettant de retenir les métaux, est actuellement en test à l'usine Alteo de Gardanne.  Sur ce sujet délicat lire aussi ...

7 juillet 2016 : Enquête publique sur le Plan d'Exposition au Bruit de l'aérodrome du Castellet, le maire et l'adjoint Rossi désavouent le Conseil.

15 juin 2016 :   Gens du voyage, et si l'on jouait une musique différente ?
6 juin 2016 :  la commémoration particulière de Siou-Blanc à Signes.

 le Chant des Partisans est joué à l'harmonica. le Chant des Partisans est joué à l'harmonica.

du 4 au 12 juin :  le cinquantième anniversaire du Parc de OK Corral.
19 avril 2016 :  la nouvelle rubrique mondaine !
1er avril 2016 :  l'achat d'un minibus et le Débat d'Orientation Budgétaire au CCAS
27 mars 2016 :  la bavure ordinaire filmée
Cuges-les-Pins :  un village français...
31 janvier 2016 :  les "vœux" du maire !
10 décembre 2015élections régionales
14 novembre 2015attentats, Paris, Irak, Syrie..

Alien ou le

"8ème passager":

et si nous avions à la mairie de Cuges un conseiller de plus
(ou de trop) ?
7 juillet 2
015 : 
le conseiller surnuméraire

6 juin 2015 :  commémoration à Siou Blanc



 Mandela parle de Fidel Castro

Mandela parle de Castro ...Mandela parle de Castro ...

29 nov 2016. Le dictateur, le tyran, le despote... ces derniers temps il a été difficile d'échapper aux idées simples ! Alors, si vous n'avez pas aimé les propos de Ségolène Royal sur Fidel Castro, peut-être aimerez-vous ceux de Nelson Mandela ?


Michael Moore ne s'était pas trompé !

Le réalisateur Michael Moore, à l'inverse de la plupart des médias US et instituts de statistique, avait prévu, par ses observations, la victoire  de Trump. Suivez ce lien pour accéder aux billets qu'il a publiés sur le site HuffingtonPost C'est intéressant et instructif !


  Scoop

fauconnerie: cliquez pour la page Liens...fauconnerie: cliquez pour la page Liens...Pour le cinquantenaire du Parc OK Corral
les rapaces font leur apparition.

accédez à l'article en page Liens ...>

 Salon de l'auto à Cuges

L'ex-futur-minibus-municipal va être expertisé après sa visite à OK-Corral .... 357 ou calibre 44 ?  Une nouvelle saison de la série "Les Experts CLPPD".


 Conseil Municipal de Cuges-les-Pins

22 février 2018 :  Cour Régionale des Comptes, Débat d'Orientation budgétaire etc ...

18 décembre 2017 :  PLU, perte de compétences, et arrêt des repas spéciaux, etc ... !

10 novembre 2017 : Pour la 4eme fois cette année, le quorum n'était encore pas au rendez-vous !

22 mai 2017 :  La charte du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume.

6 avril 2017 : Le budget de la commune et ... encore la ZAC des Vigneaux.

20 mars 2017 : le Débat d'Orientations Budgétaires.

02 mars 2017 :  Un conseil sur le personnel com- munal, la médiathèque, les décharges etc ...

16 janvier 2017 :   Un conseil plutôt "chaud".

12 et 19 décembre2016 :  Les 2 derniers conseils "fantômes" de fin d'année !
7 novembre 2016 :  le contrat de la gestion de l'eau et le marché très douteux d'un chantier de voirie.

23 juin 2016 :  16 délibérations sous le signe de la censure !
19 mai 2016 : 
logements sociaux, modification du PLU... et un festival "d'approximations".
13 avril 2016 :  le minibus, le budget et  le contrat de mixité sociale et encore les décharges !
29 février 2016 :  le débat d'orientation budgétaire.
12 novembre 2015 :  une démission de plus et l'imbroglio de l'annulation de PLU.
3 septembre 2015
à deux reprises le maire se dérobe devant ses responsabilités.
24 juin 2015 : le droit d'expression des élus.
4  juin 2015 :  la réfection de la voirie.
28 avril 2015 :  budget, irrigation et  cantine scolaire.
19 mars 2015 : 
le fonds Gabriel Vialle et la révision du PLU.
janvier 2015 : 
l'intermède du corbeau.

à Gémenos Fralib est devenu la SCOP-Thé-Infusions

La SCOP-TI sur la page LIENS...La SCOP-TI sur la page LIENS...

En mai 2015,   la production a redémarré à Gémenos, et fin septembre le thé des ex-Fralib est arrivé sur les rayons de Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Franprix où l'on peut désormais s'approvisionner !

Que diriez-vous de cette idée : irriguer la Monument Valley, avouez que ça aurait de la gueule ? et avec l'explosion de  la production de cactus ouvrir une gigantesque distillerie de mezcal ?


Moteur de recherche interne avec Google    


 Décharges et

Éradication des décharges,

tout un programme !

le 19 septembre 2016

Ce que l'on ressent c'est plus qu'un frémissement, les propos et discussions sur l'environnement  se font plus fréquents et l'ouverture de la ZAP offre une perspective concrète : la préservation d'un site pour en faire un outil de travail  et de développement.

Il y a même mieux : le passage de la parole aux actes. C'est ce qu'on a pu constater avec l'initiative de l'Association des Agriculteurs de Cuges, un programme d'éradication réussie de la vieille décharge des pneus, chemin du Dindolet. C'est l'occasion d'ouvrir une nouvelle page où il va être question, non seulement des décharges mais aussi de "modèle économique associé à une filière de recyclage", et ça c'est beaucoup plus intéressant.

Dans l'attente de nouvelles initiatives et témoignages, on continue ...

18 juin 2019

  • Après les décharges sur l'embu de La Roque en 2015 c'est au tour de celui de La Grand Vigne d'être soigneusement colmaté par plus de 50 camions de terre !

 Le 25 septembre 2015 nous signalions des décharges de terre à l'emplacement de l'embu de la Roque. Nous apprenions rapidement que ces camions provenaient de la ZAC des Vigneaux, en clair avec le consentement du maire. On n'a toujours pas compris les compensations, du moins pour la commune !

Aujourd'hui ça recommence, cette fois-ci à l'emplacement même d'une autre zone tout aussi importante pour l'évacuation des eaux de pluie, l'embu dit de La Grand Vigne.

L'ébauche d'une future digue destinée à construire des habitations en zone inondable, une atteinte à l'environnement.L'ébauche d'une future digue destinée à construire des habitations en zone inondable, une atteinte à l'environnement.

Alerté le dimanche 16 juin, je me rends au service d'urbanisme de la commune dès lundi matin, pour apprendre que tout ceci est régulier, autorisé par le maire afin de permettre la construction d'habitations sur des "terrains inondables mais constructibles".  La digue ainsi autorisée par le maire va permettre à quelque spéculateur de faire du fric, mais en même temps de réduire les capacités d'absorption des eaux qui envahissent régulièrement la zone lors des pluies hivernales. Une véritable catastrophe !

En effet, ce remblai d'environ 800 m3 de terre (plus de 50 camions pas perturbés du tout dans leur déplacement par le police municipale) est manifestement en infraction avec le règlement du PLU relatif aux Zones UD1i et UD2i car :

  • il concerne une superficie supérieure à 20 m2.
  • Son objet n'est pas en relation avec la construction projetée.

La conséquence immédiate est la diminution de la superficie d'étalement, d'absorption et de stockage des eaux torrentielles, sans parler de la question de l'assainissement des eaux usées avec les risques de pollution de la nappe phréatique superficielle !

Nous mettons à votre disposition des documents officiels:

Carte des écoulements pluviaux de la partie Est de la commune qui montre le rôle de l"embu de La Grand Vigne.Carte des écoulements pluviaux de la partie Est de la commune qui montre le rôle de l"embu de La Grand Vigne.

Et dans tout ça, que dit ou fait la Métropole ? Eh bien, apparemment rien. Elle s'apprêterait à racheter la surface résiduelle de l'embu, lequel s'avérera probablement insuffisant dès la prochaine inondation.

Alors que faire ? Ce n'est pas simple vu que les intempéries et le changement climatique ne se manifestent pas tous les jours, alors que le maire, lui, peut sévir tous les jours.
Dans ces conditions il faut relayer au maximum l'information autour de vous, auprès des citoyens, des agriculteurs ...., et l'agrémenter d'un  gros "Pourquoi ?" public et bien dérangeant parce que l'aggravation des inondations ça va affecter tout le monde.

Plus généralement, depuis maintenant plusieurs années nous alimentons les pages de ce site sur la multiplication des décharges sauvages et des atteintes à l'environnement, et la carence municipale régulièrement observée.

Bientôt arrivée en fin de mandat, la municipalité aura réussi la performance de n'être jamais intervenue pour améliorer l'assainissement pluvial, pourtant une des pierres angulaires de la réussite de la ZAP, d'avoir un bilan nul sur les décharges sauvages, et en plus d'être intervenue négativement sur un système d'assainissement délicat et quasiment à l'abandon, comme sur l'embu de La Roque et aujourd'hui celui de La Grand Vigne.

Et ce n'est pas fini, il suffit de jeter un œil sur le diaporama qui suit, concernant les dernières décharges répertoriées en 2019.

                                                                                                              André Lambert, ex-conseiller municipal

Décharges 2019, pas d'amélioration à l'approche de la fin du mandat municipal.

29 septembre 2018

  • Portrait de Christophe Dietrich, le maire qui renvoie les déchets à leurs propriétaires.

Pour le site Reporterre l'environnement c'est son affaire, c'est même sa spécialité. Alors quand il publie un reportage sur un personnage particulier, en général ça vaut qu'on s'y arrête. Cette fois-ci il s'agit du maire de Laigneville, une commune semi-rurale de l'Oise, Christophe Dietrich.

Celui-ci, lassé de la multiplication des dépôts sauvage d’ordures a décidé d’identifier les responsables et de leur renvoyer leurs déchets. Une mesure brutale mais efficace, radicale même.

Christophe Dietrich, le maire (sans étiquette) de Laigneville dans l'Oise.Christophe Dietrich, le maire (sans étiquette) de Laigneville dans l'Oise. Christophe Dietrich est un ancien policier élu en 2014 sur une liste "sans étiquette". Tiens, tiens, c'est comme chez nous à Cuges, mais la comparaison s'arrête là puisque le notre, féru d'écologie avant de se faire élire, est vite retourné à son bercail UMP dès son élection, laquelle a aussi mis un terme à ses velléités écologiques, comme l'attestent les nombreuses photos de décharges sauvages que nous avons répertoriées et publiées depuis sur ce site, en pure perte.

 Nous vous invitons à découvrir cet article qui a l'avantage de cerner le problème dans ses détails les plus concrets, un texte pédagogique sur un élu qui pourrait servir de modèle.

 Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de Reporterre.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de Reporterre.

Le maire Ch.Dietrich est un ancien policier qui a mis son expérience au service de ses administrés, contrairement au notre qui l'a réservée à son avantage personnel.

Ayant fait, à grand bruit, une priorité de la sécurité, le maire de Cuges a fait installer des caméras de surveillance, opération onéreuse (malgré la réserve parlementaire du député et entachée de quelques irrégularités) mais qui devait permettre aux habitants de dormir tranquilles !

Sauf que les caméras il faut les faire fonctionner et exploiter les enregistrements, ce qui me fut refusé lorsque j'en fis la demande, précisément pour résoudre un problème de décharge interdite. Il y eut un autre problème, encore plus sérieux, mais qui resta confidentiel. En voici quelques mots.

Le samedi soir 3 février 2018, vers 23 heures, deux personnes on été abattues par arme à feu et leurs corps carbonisés sur le Parking du parc de OK Corral. Dés le lundi matin à 7h44 le journal La Provence publiait un article relatant ces faits et affirmant  "Aucune vidéo ne devrait en revanche pouvoir aider les enquêteurs à trouver le chemin des tueurs présumés".

Comment, en un délai si bref, certainement inférieur à celui nécessaire à la police et la justice pour analyser des enregistrements de vidéo-surveillance normalement effectués aux deux extrémités de la commune, le journaliste pouvait-il affirmer qu'on devrait les exclure ?

L'explication la plus plausible est que la vidéo-surveillance était soit en panne, soit débranchée, et ça évidemment, on pouvait le savoir tout de suite !

Cette impression est confirmée par la réaction du maire rapportée dans le même article par le journaliste :  "C'est quand même surprenant dans une commune tranquille comme la mienne ...", réaction que l'on peut interpréter comme "un village tranquille qui n'a pas besoin de vidéo-surveillance, ou qu'il n'est pas nécessaire de la mettre en route".
La sécurité c'est comme la météo, il y a les "données" et le "ressenti"...

Voici, comme d'habitude, un lien sur l'article de La Provence du 5 février qui a été cité:

Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.

N'est pas Colombo qui veut. A Cuges la culture c'est du type "sardinade", et la sécurité du type "Canada Dry"...  Dormez en paix braves gens, le maire veille sur vous.

 

12 octobre 2017

  • Si vous êtes en train de construire une maison, il y a au Barigorne une décharge qui pourrait vous intéresser.

Lors du conseil municipal du 9 octobre le maire a présenté une délibération visant à soutenir l'action de l'association Signes Environnement contre l'installation à Chibron d'une usine de fabrication de goudron enrobé dont manifestement personne ne veut, hormis ses promoteurs.

Dans cette motion on pouvait lire en particulier :
.... Cela mettrait en péril la faune et la flore du futur PARC RÉGIONAL ....

Très bien, on ne peut qu'approuver, sauf que deux jours plus tôt, je trouvais une nouvelle décharge sauvage, qui venait s'ajouter à la liste déjà longue et non exhaustive publiée plus bas, et qui depuis plus de deux ans n'a pas connu la moindre amélioration.

Il s'agit cette fois-ci des débris d'une habitation, de gros morceaux de murs qui pourraient intéresser quelqu'un en manque de matériaux, bêtement éparpillés dans un coin de nature qui n'avait rien demandé. Le quartier du Barigorne, lui aussi sur le territoire du PARC RÉGIONAL, est un des lieux de prédilection des plus sales pollueurs, car malheureusement très facile à atteindre en raison de sa proximité avec la ND8.

 Au Barigorne, des morceaux de murs avec isolation intégré. Est-ce que ça intéresse quelqu'un pour un cabanon, une niche ou un clapier ? Vous n'avez qu'à vous servir !Au Barigorne, des morceaux de murs avec isolation intégré. Est-ce que ça intéresse quelqu'un pour un cabanon, une niche ou un clapier ? Vous n'avez qu'à vous servir !

 La morale de l'histoire c'est que c'est plus facile de soutenir un voisin aux prises à des pollueurs que de protéger concrètement la faune et la flore de chez soi. Voter une motion ça ne mange pas de pain :  on vote et on passe à autre chose ...

Dans ce même conseil du 9 octobre 2017, nous avons aussi été invités à soutenir le service de réanima-tion de l'hôpital d'Aubagne. A la lecture de la motion j'ai interprété cette phrase forte  :

"Par ce choix, l’ARS* privilégie le service privé au détriment du service public."

comme un "vrai progrès" de la direction municipale, et noté que, en fait, l'ARS agissait avec le service de réanimation comme le maire venait d'agir avec la restauration scolaire de la commune. Depuis tout a donc changé. Ouf, nous voilà rassurés ...

* ARS : Agence Régionale de la Santé

le 5 février 2017

  • Conseil Municipal du 16 janvier,
    "la vidéo-surveillance invitée à la lutte contre les décharges sauvages".

J’avais envoyé ces questions sur les dernières décharges sauvages avant le conseil, finalement annulé, du 12 décembre 2017, c’est dire que le maire et les adjoints ont disposé de tout le temps nécessaire pour préparer  une réponse.

Eh bien malgré ces délais  plus que confortables ... rien :

  • Pour le cas de l’usage abusif - sans effraction - de la décharge municipale, route de Riboux, le samedi 19 novembre 2016 dans la matinée, le maire a prétendu que ce serait au témoin de porter plainte ! (vous avez bien lu, et c'est enregistré !)
  • Pour celle du « plateau équestre » du col de l’ange, rien non plus. Ni le maire ni l’adjoint à l’urbanisme n’ont rien noté d’étrange dans la façon d’aménager un bassin de rétention. L’évidence du problème nous conduit à nous interroger sur leurs motivations.
  • Rien également sur la question pourtant explicitement formulée concernant l’évolution du statut de ce site sur lequel s’accumulent des décharges depuis 4 ans sans qu’on en connaisse la destination finale.

Lors du débat, l’exploitation des caméras de vidéo-surveillance a été opportunément suggérée par A.di Ciaccio, je me propose de lui donner ici une suite :

Commençons par rappeler (une fois de plus) au maire les Articles L-541-3 du Code de l’Environnement ainsi que L-2212-1 et L-2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales qui lui font obligation, en pareille situation, d’exercer ses pouvoirs de police.

Va-t-il, cette fois-ci, saisir la justice à propos de l’intrusion et des méfaits constatés  sur la décharge municipale, et faire scanner les enregistrements de la vidéo-surveillance du samedi matin 19 nov. 2016 afin de repérer et identifier le véhicule impliqué et, pourquoi pas le chauffeur ?

La commune est de par sa proximité avec l’agglomération marseillaise et ses nombreux chantiers, une proie de choix pour les prédateurs de l’environnement, situation aggravée par l’impunité chronique sur laquelle les auteurs des décharges illégales peuvent malheureusement compter. Il nous faudra sans doute appuyer cette demande au maire par un courrier officiel et une copie à l’autorité préfectorale.

On espère que le maire, qui entretient la confusion entre "l'objectif" et "la fonction" en parlant de "vidéo-protection" à la place de de "vidéo-surveillance", aura à cœur de faire mieux avec ses caméras vidéo que n'a fait son chef régional Estrosi à Nice l'an dernier !

Pour terminer, voici un extrait (page 22) du programme municipal de l’équipe dirigeante, un vieux souvenir publié début 2014. Arrivés à mi-mandat, il est intéressant  de rappeler les engagements qui ont été pris solennellement.


Extrait du programme électoral de la majorité (mars 2014)Extrait du programme électoral de la majorité (mars 2014)

bilan :

  • Le premier engagement "Nous engagerons des procédures contre les auteurs de décharges sauvages." est ignoré du maire depuis maintenant trois années.
  • Le seul concrètement solutionné, l’évacuation des vieux pneus, l‘a été grâce à la seule initiative de l’Association des Agriculteurs de Cuges  (AACP).

De toute évidence, les politiciens qui « se font élire pour une chose et en font ensuite une autre » ça concerne aussi les communes …

le 1er janvier 2017

  • Décharges sauvages en 2017, questions pour le conseil municipal du 16 janvier.

Après deux conseils reportés, voici les questions écrites posées pour la séance  du 16 janvier 2017, elles concernent la décharge municipale route de Riboux et le "plateau équestre" du Col de l'Ange. On a mis à profit le retard qui nous est imposé pour en savoir plus sur "plateau équestre" du Col de l'Ange, site qui a donné lieu à deux arrêtés contradictoires du maire :

un arrêté du 28 oct. 2016 ordonnant la fin des dépôts de terre au col de l'Ange,

un nouvel arrêté, le  14 nov. 2016 abrogeant le précédent,

 On a donc pris des photographies des travaux en cours :

Un bassin est "aménagé" en alignant simplement des talus de terre.Un bassin est "aménagé" en alignant simplement des talus de terre.

On constate l'aménagement d'un bassin de rétention, visible sur la photo. C'est en principe un aménagement utile, mais la technique adoptée, qui consiste à aligner des talus de terre par simple décharge de véhicules n'est certainement pas la plus rationnelle. Un bassin aménagé ainsi, sans procéder au moindre creusement, a toutes les chances de céder s'il lui arrive, comme c'est sans doute le but avancé, de se remplir d'eau.

C'est, par contre, une excellente façon de procéder pour amener un grand nombre de véhicules de terre, et les Euros qui vont avec. Ce qui est sans doute le but réellement poursuivi. La rotation rapide observée des véhicules  semble confirmer cette hypothèse, et, avec les reports des conseils quelques rentrées supplémentaires.

  •  Le feuilleton (régulier) des décharges sur la commune, ça continue !

Les décharges, c'est un sujet qui marche ! Pas une semaine sans un message ou un coup de fil pour le signalement d'un nouveau site. Et ce n'est pas la façon avec laquelle le maire exerce ses pouvoirs de police qui permettra d'entrevoir un dénouement ;  c'est à se demander combien de malfaiteurs il a pu appréhender pendant sa carrière ( de policier,  pas de maire ! ), et combien courent toujours ?

L'ennui c'est que je dépense de plus en plus d'espace pour publier les photos que je prends ou que je reçois, je suis donc conduit pour des raisons d'économie à  les inclure dans un nouveau diaporama, moins gourmand, placé à la fin d'article.

 

le 1er décembre 2016

  • On n'est pas les seuls (et, d'un côté, ça soulage !)

Dans le rôle de "poubelle de la Métropole" on n'est - pardon aux autres - heureusement pas les seuls, ce qui présente, en particulier, l'avantage de pouvoir comparer les réactions des exécutifs respectifs concernés. Dans l'exemple qui suit  c'est édifiant.

Le problème concerne la commune de Cabriès, également membre de notre métropole. On vous laisse prendre connaissance de l'article de Fance3-Provence-Alpes du 1er décembre 2016 et jeter un coup d'œil à la vidéo incluse,  en cliquant sur le cadre qui suit :

cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.cliquez sur le cadre pour accéder à l'article.

Cela ne vous rappelle rien ? "gravats, pots de peinture, huiles et blocs de béton ...",  évidemment on est en terrain de connaissance,  là où tout change, c'est sur la vidéo, la réaction immédiate et efficace du maire : chemin barré, analyses, action en justice ... Le choc, c'est qu'à Cuges on n'a pas l'habitude !

 

le 26 novembre 2016

  •  La décharge route de Riboux [5, 6], la plaine [7] et Les Roux [8,..10]

Sur la décharge municipale, route de Riboux, on observe quelques bouleversements, le tronc de palmier [2] a disparu, peut-être enfoui sous un amoncellement de branchages formé au tractopelle [5] comme, précédemment, pour les souches de platane. Lors du conseil du 7 novembre, le maire a affirmé que le tronc avait été brûlé, mais on n'observe sur place  aucune trace de brûlage, il va falloir creuser un peu la question !
Un témoignage fait état de la décharge du contenu d'une dizaine de camions, des gravats de chantier, des parpaings, du béton et autres déchets [6], de façon assez discrète,  notamment le samedi 19 novembre dans la matinée. Il semble qu'il s'agit là de décharges privées, il va donc falloir se renseigner très sérieusement.
Enfin on me signale une nouvelle décharge opérée dans la plaine, en zone  agricole, à l'entrée du chemin de la Boucanière [7].
Si on a eu récemment une bonne nouvelle grâce à l'initiative de l'Association des Agriculteurs (AACP) sur la vieille décharge des pneus, il n'en est pas de même pour celle du quartier des Roux au départ du dfci, c'est même pire, elle "prend du galon" dans le classement des nombreuses décharges de la commune. On y trouve de l'électroménager [8], des éverites (amiantées bien sûr) [9] et même un tronc de palmier [10] comme sur la route de Riboux.

On pêche sans doute par excès  d'optimisme en espérant obtenir des explications du maire et sur l'exercice de ses pouvoirs de police en matière environnementale ! L'époque n'est pas à la clarté : ainsi le maire prend le 28 oct. 2016 un arrêté ordonnant la fin des dépôts de terre au col de l'Ange, puis, le 14 nov. 2016 , un nouvel arrêté abrogeant le précédent, allez comprendre !

 

 le 24 octobre 2016

  • Les nouvelles décharges illégales de la rentrée d'automne  [1, ...4].

Au conseil du  3 octobre, je suis intervenu par écrit sur les dernières décharges repérées:  un palmier sur la décharge municipale, dont j'ai déjà parlé ici-même, et une reprise de décharges au Col de l'Ange [1].
L'adjoint Rossi justifie la prolongation des travaux au Col de l'Ange par la réalisation d'un bassin de rétention. Très sérieusement. Il est sans doute le seul à interpréter les déversements de remblais étalés à la pelleteuse au sommet d'un talus de plusieurs dizaines de mètres de haut comme la réalisation d'un bassin destiné à recueillir les eaux de pluie !
Pour le palmier [2] c'est plus simple, le maire et son entourage ne savent rien, et ne s'engagent à rien. L'histoire finira sans doute comme pour les souches de platane contaminées, par un enfouissement furtif, il suffit d'attendre un peu, le "délai d'oubli" raisonnable ...
Au col de l'Ange les décharges ont continué le 4 octobre et repris ce même jour dans la plaine [3, 4]. L'urbanisme, la mairie et la police municipale ont été prévenus vers 8h, mais à midi le ballet des poids lourds continuait toujours, comme d'habitude ... J'ai envoyé un message au maire, pas de réponse.

Oui je sais, je me répète, mais la répétition reste un élément non négligeable de la pédagogie.

Galerie des décharges à la rentrée d'automne.

le 19 septembre 2016

  • La bonne surprise de la rentrée, le traitement définitif de la décharge trentenaire des pneus, chemin du Dindolet, par l'Association des Agriculteurs de Cuges.

Il y a trente ans il était courant, afin d'éviter les dégâts sur la vigne provoqués par les gelées printanières, d'allumer des feux et d'y faire brûler de vieux pneus de sorte que le voile de fumée (noire !) filtre les premiers rayons de soleil. Cette pratique, qui rejetait du benzène dans l'atmosphère et de l'arsenic dans le sol, est aujourd'hui heureusement interdite, comme le sera peut-être aussi, un jour, la pulvérisation de produits phytosanitaires à proximité d'une école maternelle.
La pratique du brûlage de pneus a donc cessé [ on souhaiterait que les manifestants de toutes sortes qui usent de ce procédé pour mieux se faire voir en fassent autant, ce qui ne nuirait en rien à leur cause ] laissant un stock de quelques 250 tonnes de caoutchouc abandonné sur place, qui servit désormais et pour les trente années qui suivirent d'abri aux moustiques, guêpes et serpents. Et la colonisation du territoire par le "moustique tigre" n'a fait qu'aggraver le problème.

 L'équipe de l'AACP à la barre de l'opération: C.Saloum la Présidente et MM Cornille, Massa et Kerneis, excusés ce jour-là: E.Giordanengo et L.Falcot. (photo F.Gros, La Provence)L'équipe de l'AACP à la barre de l'opération: C.Saloum la Présidente et MM Cornille, Massa et Kerneis, excusés ce jour-là: E.Giordanengo et L.Falcot. (photo F.Gros, La Provence)

Dans le cadre d'un projet agricole en relation avec la SAFER, et pour des raisons sanitaires, l'association des agriculteurs s'est mise en campagne afin de résorber ce "point noir" environnemental. Elle expose son projet jusqu'à sa réalisation complète dans une note très détaillée que nous reproduisons ici :

 

Cliquez sur le cadre pour accéder au texte du rapport de l' AACP.Cliquez sur le cadre pour accéder au texte du rapport de l' AACP.
Les  associations ou collectivités territoriales intéressées (qui voudraient résoudre un problème similaire ..) peuvent obtenir des informations supplémentaires en visitant sur internet  les sites des deux  associations suivantes :

L'association ROBIN DES BOIS a été fondée en France en 1985 par des pionniers de la défense de l’environnement. Elle a pour objectif  " la protection de l’Homme et de l’Environnement par toutes formes de réflexion et d’actions non violentes" .  C'est  son fondateur Jackie Bonnemains, un ancien de GREENPEACE, qui a présenté le dossier du projet à RECYVALOR à la suite de contacts suivis avec Christian Kerneis.

L'association RECYVALOR , créée en 2008 , organise et finance l'enlèvement et le traitement des stocks historiques de vieux pneus. Elles est, de ce fait, en relation avec de nombreuses entreprises, fabricants de pneumatiques,  entreprises de Travaux Publics, cimenteries, administrations ... un réseau capable d'optimiser le recyclage des pneus à grande  échelle. Son site contient énormément d'informations, notamment de nombreux rapports de chantiers terminés, qui ont été  effectués à travers le pays. A propos de fin de chantier on pourra consulter le rapport relatif à celui de Cuges :

Visite de fin de chantier du 31 août 2016 établie par Recyvalor, en suivant ce lien

Mentionnons aussi la société ALIAPUR, un acteur de référence dans la valorisation des pneus usagés, qui a pu se développer suite à la décision de l'État de demander aux producteurs de pneus de financer leur collecte et leur recyclage en amont. C'est une société anonyme dont les membres fondateurs sont Bridgestone, Continental, Dunlop, Goodyear, Kléber, Michelin et Pirelli.

Ce qu'il faut retenir c'est que, grâce à une petite taxe désormais versée à l'achat de tout pneu, un modèle économique a pu se mettre en place pour une filière de recyclage incluant  la logistique, les finances, et même la création de nouveaux emplois.

Le journal La Provence à consacré à cette opération exemplaire un article dans son édition du 26 août 2016, on peut le lire  ici :

cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.cliquez sur le cadre pour accéder à l'article de La Provence.Enfin on vous rappelle que l'Association des Agriculteurs de Cuges a, à l'issue du chantier, ouvert une petite souscription au profit des associations Robin des Bois et Recyvalor pour leur précieuse aide logistique et financière:

"Les dons peuvent être remis à Madame Corinne SALOUM Présidente, par chèque, ou tout membre de l’association des Agriculteurs dans votre entourage, à l’ordre de : Association des Agriculteurs de Cuges Les Pins. "  

Et maintenant on vous invite à regarder le petit diaporama qui suit, regroupant les diverses phases du chantier :

De la jungle aux vendanges sans moustiques, guêpes ni serpents.

Poursuivons par une question (pertinente !) :

L'association des Agriculteurs vient de procéder à l'éradication d'une décharge historique, et ça n'a rien coûté en dehors du travail bien réel des membres de l'AACP,  réflexion, recherche de partenaires, constitution de dossier...

Et ceci, n'est-ce pas plutôt la vocation d'une municipalité, d'une collectivité locale ?
Allez, on vous laisse répondre.

Lors de la séance du 29 février 2016,  à une question que je posais au sujet des nombreuses décharges sur la commune, la réponse, ou plutôt la contorsion, de l'adjoint Sabetta, inscrite au procès-verbal, fut :

"Pour les pneus nous allons essayer de les faire reprendre, on passera par le biais de la compétence nettoiement métropolitaine."

Il n'y eut aucune suite à ce qu'on peut qualifier aujourd'hui de bavardage. Pour les pneus c'est désormais réglé, d'autres ont fait le travail, et l'adjoint Sabetta peut retourner vaquer à ses occupations. Ceci dit, vu le nombre de décharges en souffrance sur le territoire communal, il lui reste encore du pain sur la planche !

Ces décharges, non seulement elles sont toujours là mais il y a aussi les nouvelles. Il y a par exemple un nouveau sujet d'inquiétude avec la découverte récente, d'un gros palmier tout débité et déposé sans précautions sur la décharge municipale, route de Riboux.

Or, depuis plusieurs années tout le pourtour méditerranéen est colonisé par un insecte qui y ravage les palmiers, le charançon rouge, au point qu'une réglementation très stricte a été mise en place par l'administration, concernant la taille, l'entretien, le traitement et les conditions d'abattage des arbres atteints. Cliquez sur le cadre suivant pour accéder à la circulaire de la DRAAF-PACA :

 

Cliquez sur le cadre pour accéder au texte.Cliquez sur le cadre pour accéder au texte.
En cas d'abattage d'un palmier malade on doit suivre des procédures très strictes : afin d'éviter la dissémination des œufs, larves et insectes, Il faut protéger les abords avec des bâches, découper l'arbre sur place, confiner les déchets dans des sacs, et les acheminer vers une usine d'incinération ou de broyage.

Il est évident qu' aucune des procédures imposées en cas de contamination  n'a été respectée dans le cas présent, d'où nos questions à la direction municipale, et l'on souhaite ne pas revivre l'épisode de l'enfouissement furtif, sans contrôle, des souches de platane contaminées provenant de la place Lucius Cal .

Questions : D'où provient ce palmier trouvé sur la décharge ? qui l'a déposé ? Un contrôle a-t-il été effectué ? Quels en sont les résultats ?

 Le cadavre d'un gros palmier débité et déposé en vrac sur la décharge, route de Riboux. photo du 16 sept. 2016. Le cadavre d'un gros palmier débité et déposé en vrac sur la décharge, route de Riboux. photo du 16 sept. 2016.

et le fameux charançon rougeet le fameux charançon rouge

Mise à jour du 24 novembre 2017 :  Lire l'article du site actu-environnement.com qui annonce la fin de la mission de Recyvalor de traitements des stocks historiques de déchets pneumatiques.
"Cette collaboration entre les acteurs concernés pourrait servir de modèle pour d'autres filières confrontées à des passifs similaires."