La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.
Environnement

Partager via un média social

Les Républicains

survivront-ils à Fillon et Wauquier ?
heureusement que les Balkany sont là !

un petit clic pour la page "Galerie" ...un petit clic pour la page "Galerie" ...


« rester connecté à la vraie vie »

Cliquez pour lire l'article de Médiapart.Cliquez pour lire l'article de Médiapart.

Nos animaux fétiches "Jojo le Mérou" et "Paul le Poulpe" sont désormais rejoints par "François le Homard".

Gilets jaunes

Forcément, ils sont moins nombreux aujourd'hui ...

Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".Cliquez sur la photo pour visiter notre diaporama "Gilets jaunes".
Voie de Valdonne

16 juin à Roquevaire, le collectif V2V maintient la pression.

Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Cliquez sur la photo pour accéder à l'article de La Provence.Et pour accéder à la dernière conférence de presse, c'est ici.

Banalisation des violences policières:
Gazés à bout portant comme des insectes !

Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Cliquez sur la photo pour lire l'article de Reporterre du 29 juin.Plus de 300 activistes non violents se sont regroupés sur le pont de Sully, à Paris, pour dénoncer l’inaction face au dérèglement climatique. Gaz lacrymogène dans les yeux, coups de matraque, injures… la réponse de l’Etat. C'était le 28 juin en pleine canicule.

bl

lllllLL'été de Trump à Metz,

Il pique une tête dans la Moselle.

cliquez pour lire l'article du huffingtonpostcliquez pour lire l'article du huffingtonpost

06/09/2018  Ouf ! Gaudin démissionne de la Métropole.

Il va pouvoir se concentrer sur la gestion de sa mairie de Marseille actuellement étrillée par le Parquet National Financier, la Cour des Comptes et le Préfet  (3 articles de Médiapart) :

1/3: Dans les placards de la municipalité,

2/3:  Et le service public, il est où ?

3/3:  Des bibliothèques à la dérive.

Marseille 5 nov : l’effondrement de trois immeubles illustre l’incurie des pouvoirs publics.

 Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018. Accédez à l'article de Médiapart du 06/11/2018.

L'heure des comptes aurait-elle sonné ?

Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...Sarkozy, Kadhafi, et aussi Guéant et Rama-Yade qui, aujourd'hui , s'occupe du "cri de détresse des iraniennes" ...

 "Paul Bismuth", Bygmalion, mais surtout les soupçons de financement libyen visent désormais N.Sarkozy et son entourage.
"L'histoire d'une haute trahison", le livre de F.Arfi et K.Laske, résultat de six ans d'enquête, vient de paraître.
21 mars 2018 :
Sarkozy est mis en examen pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournement de fonds publics  libyens".
29 mars 2018 :
Sarkozy est renvoyé en correctionnelle  pour trafic d’influence et corruption à la Cour de cassation.
8 octobre 2018 :
  petit à petit,  ça vient ...
N.Sarkozy voit son premier recours dans l'affaire des "écoutes" rejeté par la justice.
25 octobre : nouveau coup dur !
Affaire Bygmalion : la cour d'appel confirme le renvoi en correctionnelle de N.Sarkozy.
30 janvier 2019 :
Financement Lybien : Nicolas Sarkozy perd définitivement contre Médiapart devant la cour de Cassation.
25 mars 2019 :
Affaire des "écoutes": La justice rejette les recours de N.Sarkozy.

19 juin 2019 :
Dans l'affaire Paul Bismuth N.Sarkozy sera bien jugé pour corruption, une première pour un président de la République.

encore à suivre, patience ..., les Gilets Jaunes, eux, passent en "comparution immédiate". La justice est la même pour tous, mais à une vitesse adaptée à chacun !

Guernica :
les 80 ans du tableau de Picasso et des bombes nazies sur la ville.
Le 26 avril 1937, la petite ville basque espagnole brûlait sous les bombes larguées par des avions de la légion Condor envoyée par Hitler.

En savoir un peu plus sur le sujet...


 Page Actualité

12 juillet 2019 :  Instrumentalisation de la Saint Eloi.

29 janvier 2019 :   Vaudeville municipal à Cuges .

25 octobre 2018 :  La campagne lozérienne 2018, ce fut un bon cru.

16 mai 2018 :   Et maintenant, à vous de jouer !

15 mai 2018 :   Une rando-Découverte le 21 Mai .

30 mars 2018 :  Au Conseil de Territoire, abandon du Val'Tram et un forage suspect pour la ZAP de Cuges.

24 janvier 2018 :  Accident mortel de parapente à Cuges.

19 octobre 2017 :  Réunion sur l'environnement au Circuit du Castellet avec les riverains.

20 octobre 2017 : Révision du PLU: l'occasion imprévue de rendre un hommage appuyé à la "coquille".

22 mai 2017 :  Avis d'enquêtes publiques sur la ZAP et l'aérodrome du Castellet.
Les commandes groupées pour les restaurants scolaires.
Législatives et la fameuse "réserve parlementaire" .

3 mai 2017 :  Le deuxième tour des élections présidentielles, le 7 mai.

30 mars 2017 :  La demande par le maire de révocation du Directeur des Services Techniques mise en échec par le Conseil de Discipline.

14 février 2017 :  A travers le contrat avec "l'Eau des Collines", le maire se débarrasse d'un service municipal, un de plus !

7 février 2017 :  Plutôt un présumé-voleur que la défaite !  Les élus LR de la 9eme circonscription ne sont pas très regardants.

23 décembre 2016 :  La photo du président de PACA Estrosi en compagnie du tueur du 14 juillet de Nice.

24 octobre 2016 :  Un tour d'horizon sur la rentrée d'automne 2016.
 18 sept. 2016 :  Un procédé de traitement des rejets liquides dans les calanques, permettant de retenir les métaux, est actuellement en test à l'usine Alteo de Gardanne.  Sur ce sujet délicat lire aussi ...

7 juillet 2016 : Enquête publique sur le Plan d'Exposition au Bruit de l'aérodrome du Castellet, le maire et l'adjoint Rossi désavouent le Conseil.

15 juin 2016 :   Gens du voyage, et si l'on jouait une musique différente ?
6 juin 2016 :  la commémoration particulière de Siou-Blanc à Signes.

 le Chant des Partisans est joué à l'harmonica. le Chant des Partisans est joué à l'harmonica.

du 4 au 12 juin :  le cinquantième anniversaire du Parc de OK Corral.
19 avril 2016 :  la nouvelle rubrique mondaine !
1er avril 2016 :  l'achat d'un minibus et le Débat d'Orientation Budgétaire au CCAS
27 mars 2016 :  la bavure ordinaire filmée
Cuges-les-Pins :  un village français...
31 janvier 2016 :  les "vœux" du maire !
10 décembre 2015élections régionales
14 novembre 2015attentats, Paris, Irak, Syrie..

Alien ou le

"8ème passager":

et si nous avions à la mairie de Cuges un conseiller de plus
(ou de trop) ?
7 juillet 2
015 : 
le conseiller surnuméraire

6 juin 2015 :  commémoration à Siou Blanc



 Mandela parle de Fidel Castro

Mandela parle de Castro ...Mandela parle de Castro ...

29 nov 2016. Le dictateur, le tyran, le despote... ces derniers temps il a été difficile d'échapper aux idées simples ! Alors, si vous n'avez pas aimé les propos de Ségolène Royal sur Fidel Castro, peut-être aimerez-vous ceux de Nelson Mandela ?


Michael Moore ne s'était pas trompé !

Le réalisateur Michael Moore, à l'inverse de la plupart des médias US et instituts de statistique, avait prévu, par ses observations, la victoire  de Trump. Suivez ce lien pour accéder aux billets qu'il a publiés sur le site HuffingtonPost C'est intéressant et instructif !


  Scoop

fauconnerie: cliquez pour la page Liens...fauconnerie: cliquez pour la page Liens...Pour le cinquantenaire du Parc OK Corral
les rapaces font leur apparition.

accédez à l'article en page Liens ...>

 Salon de l'auto à Cuges

L'ex-futur-minibus-municipal va être expertisé après sa visite à OK-Corral .... 357 ou calibre 44 ?  Une nouvelle saison de la série "Les Experts CLPPD".


 Conseil Municipal de Cuges-les-Pins

22 février 2018 :  Cour Régionale des Comptes, Débat d'Orientation budgétaire etc ...

18 décembre 2017 :  PLU, perte de compétences, et arrêt des repas spéciaux, etc ... !

10 novembre 2017 : Pour la 4eme fois cette année, le quorum n'était encore pas au rendez-vous !

22 mai 2017 :  La charte du Parc Naturel Régional de la Sainte Baume.

6 avril 2017 : Le budget de la commune et ... encore la ZAC des Vigneaux.

20 mars 2017 : le Débat d'Orientations Budgétaires.

02 mars 2017 :  Un conseil sur le personnel com- munal, la médiathèque, les décharges etc ...

16 janvier 2017 :   Un conseil plutôt "chaud".

12 et 19 décembre2016 :  Les 2 derniers conseils "fantômes" de fin d'année !
7 novembre 2016 :  le contrat de la gestion de l'eau et le marché très douteux d'un chantier de voirie.

23 juin 2016 :  16 délibérations sous le signe de la censure !
19 mai 2016 : 
logements sociaux, modification du PLU... et un festival "d'approximations".
13 avril 2016 :  le minibus, le budget et  le contrat de mixité sociale et encore les décharges !
29 février 2016 :  le débat d'orientation budgétaire.
12 novembre 2015 :  une démission de plus et l'imbroglio de l'annulation de PLU.
3 septembre 2015
à deux reprises le maire se dérobe devant ses responsabilités.
24 juin 2015 : le droit d'expression des élus.
4  juin 2015 :  la réfection de la voirie.
28 avril 2015 :  budget, irrigation et  cantine scolaire.
19 mars 2015 : 
le fonds Gabriel Vialle et la révision du PLU.
janvier 2015 : 
l'intermède du corbeau.

à Gémenos Fralib est devenu la SCOP-Thé-Infusions

La SCOP-TI sur la page LIENS...La SCOP-TI sur la page LIENS...

En mai 2015,   la production a redémarré à Gémenos, et fin septembre le thé des ex-Fralib est arrivé sur les rayons de Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Franprix où l'on peut désormais s'approvisionner !

Que diriez-vous de cette idée : irriguer la Monument Valley, avouez que ça aurait de la gueule ? et avec l'explosion de  la production de cactus ouvrir une gigantesque distillerie de mezcal ?


Moteur de recherche interne avec Google    


Page Spéciale sur
l'environnement, les
décharges, les chemins,

le climat ...

 La COP21, Pour un accord universel sur le climat, décembre 2015 :

L’enjeu :

"il s’agit d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’impulser/d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone."

 Les Résultats: 

Bien qu'éclipsés par les attentats de Paris et leurs conséquences, on peut considérer que les résultats sont importants bien qu'incomplets, voici deux sources pour se faire une idée plus précise :

le 25 septembre 2015

  • Cuges-les-Pins, les décharges dans la plaine, ça continue, même les jours de réunion sur la Zone Agricole Protégée !

10 sept. 2015, en convoi sur le chemin de la Roque, une voie interdite aux poids lourds, et dans un piètre état !10 sept. 2015, en convoi sur le chemin de la Roque, une voie interdite aux poids lourds, et dans un piètre état !Le mardi 8 septembre, juste avant la réunion sur la Zone Agricole Protégée avec les agriculteurs du territoire, la Chambre d'Agriculture et l'Agglo, une personne vient prévenir le maire de décharges en cours au voisinage de l'embut de la Roque, une zone soumise à une servitude environnementale forte inscrite au PLU.

Deux jours après,  ça continue, par un convoi de camions (les photos sont prises le 10 sept.) sur une voie interdite aux poids lourds par un arrêté du maire pris depuis plus d'un an. Selon un employé à l'urbanisme il s'agit d'un propriétaire qui veut ériger des talus autour d'habitations contre les inondations. Et la terre est déchargée, depuis le chantier de la ZAC des Vigneaux, par un prestataire de Façoneo, donc de l'Agglo. Le jour même où se tient la réunion sur la Zone Agricole Protégée sous l'égide de l'Agglo, avouez que ça fait un peu désordre !

Lors de la réunion du Conseil Municipal du 24 septembre, j'interroge, à propos de ces faits, la direction municipale.

cadeaux utiles: à Noêl offrez un panneau au maire.cadeaux utiles: à Noêl offrez un panneau au maire.♦ La réponse du maire consiste à prétendre que l'arrêté d'interdiction aux poids lourds n'est pas opérationnel à cause de l'absence de signalisation ! On pensait avoir un spécialiste de l'application de la loi à la tête de la commune, c'est raté. Le jour où il installera les caméras de vidéo-surveillance il faudra surveiller que les capuchons des objectifs des caméras ont bien été enlevés  !

 Celle de l'adjoint à l'urbanisme mentionne, de son côté, sans justification ni référence, "de la terre végétale", des "déclarations de travaux qui auraient été faites" etc ..., bref , il rejoint le maire dans son impuissance :  "on ne peut rien faire".

Ces deux réactions ont en commun d'instrumentaliser une réglementation dans le but de justifier le refus de toute action !

Or le texte de référence, c'est à dire le Plan Local d'Urbanisme (PLU), lui, dit le contraire et ce n'est pas étonnant car autant le code de l'Urbanisme que le code de l'Environnement érigent en principe que "chaque propriétaire est responsable des eaux pluviales sur son terrain et qu'il ne peut les diriger sur ses voisins" et que, surtout en zone agricole, les exhaussements (ici talus) sont soumis à des règles très strictes, renforcées dans le cas présent par le classement des terrains en zone AOC, à quoi on doit  ajouter la proximité d'une zone soumise à une servitude d'assainissement pluvial.

Alors, que peut-il se passer ? Après ces aménagements, aux prochaines fortes pluies, ne pouvant s'étendre que sur une surface réduite, l'eau verra son niveau monter plus fortement, franchir la surverse ( la digue à l'extrémité du chemin de la Roque ) et inonder en contrebas, les voisins puis la partie ouest de la plaine !

A la décharge du propriétaire, il faut admettre que, si la municipalité assurait l'entretien régulier du dispositif d'assainissement pluvial, il n'aurait peut-être pas à recourir à des solutions individuelles illégales et qui vont à l'encontre de l'élaboration d'un projet agricole crédible. Finalement ce qui est en jeu c'est ce qu'on pourrait désigner par "une  volonté politique de la direction municipale", mais ça c'est une autre affaire !

Voici, le lien sur l'extrait évoqué du PLU de la commune. Il s'agit des  pages 55 à 59 du Règlement concernant les zones agricoles, afin que chacun puisse vérifier l'exactitude de ce que nous avançons :

En résumé, non seulement rien n'est prévu pour l'assainissement pluvial ni par la Mairie ni par le Syndicat de l'Huveaune (SIBVH), mais, de plus, les dégradations de l'environnement continuent !

10 sept. 2015, nouvelles décharges en zone agricole, à deux pas de l'embut (clôture bois) et d'une zone soumise à une servitude environnementale forte (PLU) !10 sept. 2015, nouvelles décharges en zone agricole, à deux pas de l'embut (clôture bois) et d'une zone soumise à une servitude environnementale forte (PLU) !

A l'aide !

Pour terminer jeinondations en vue, help !inondations en vue, help ! suggère aux personnes qui, légitimement, militent pour préserver la plaine des dégâts qui seraient occasionnés par une nouvelle ligne ferroviaire, et diffusent l'affiche :

"Pas de LGV sur mon poljé"
de relayer les informations que nous donnons,  sinon on n'y arrivera pas. Et se rendre utile avec un nouveau mot d'ordre :

"Pas de bourbier sur mon poljé" ?

Le 15 novembre 2015.

Force est de constater, trois semaines plus tard, que mon appel n'a pas été entendu par les écolos futuristes des années 2030 ou 2050. J'espère pour eux que si un jour ils gagnent contre le TGV le poljé ne sera pas alors retourné à l'état de palud insalubre. Je vais cependant, même si ça n'intéresse pas grand monde en "rajouter une couche", à la lecture de ce qui suit, vous verrez que l'expression est plutôt bien adaptée à la situation :

  • Je vous invite à la visite de ce que j'ai appelé "l'archipel des décharges de la commune", du moins celles que je connais.

Dans cette présentation, non exhaustive, les commentaires suivent l'ordre des photos qui, en raison de leur nombre  ont été regroupées dans la "galerie d'images" en fin d'article, et qui reste en attente de s'enrichir de vos contributions. .

  • Quartier Fourreirier, sur le domaine des Espèces ( images 1 et 2 ) :

Les photos 1 et 2 montrent comment en 2013, au domaine des Espèces, on procédait pour "fabriquer" une parcelle agricole, laquelle est devenue l'un des points noirs combattus par le CIQ Nord-Est de Cuges, et à l'origine de son action en justice qui s'est conclue en première instance par la condamnation des auteurs par le Tribunal Correctionnel :
D'abord, après la destruction d'une parcelle de bois classé, le sous-sol est "préparé" par une épaisse couche de décombres de béton (photo 1) , puis enrichi par un apport d'ingrédients divers (photo 2), le tout est enfin recouvert d'un peu de terre, et le tour est joué : la parcelle peut-être classée au PLU en zone agricole Aa. Cet exemple illustre bien le cheminement qui a conduit le CIQ à, finalement, attaquer le PLU. Ce non-sens sera-t-il corrigé par le futur PLU ?
Pour le domaine des Espèces on ne montrera pas les autres, nombreux et brillants aménagements, tous aussi illégaux, par crainte de "prendre du plomb" lors des prises de vue, l'hospitalité n'étant pas non plus un des points forts des occupants des lieux.

  • Les pneus, chemin du Dindolet ( images 3 et 4 ) :

la carte de la colonisation du moustique tigre.la carte de la colonisation du moustique tigre.Il s'agit d'une décharge, située sur une parcelle privée, chemin du Dindolet, qui date de l'époque où les viticulteurs brûlaient des pneus afin d'éviter les dégâts causés à la vigne par les gelées de printemps. C'est devenu le siège d'une véritable culture de moustiques qui profitent des eaux croupissantes qui stagnent dans les pneus, ce qui fait de cette décharge l'une des plus dangereuses. Dans le cadre du changement climatique, la colonisation de la région par le "moustique tigre", vecteur des virus de la dengue et du chikungunya, aggrave la situation au point de déboucher sur un  vrai problème de santé publique !
Dans la région des campagnes de traitement ont démarré contre ces parasites, ici on en fait l'élevage ! Cette situation va-t-elle perdurer ?

  • Décharge du Col de l'Ange ( image 5 et 17 ) :

Les décharges massives que l'on y voit sont autorisées pour des matériaux passifs, au départ dans le cadre d'un projet de "pôle équestre" ( comme si il n'y avait pas déjà assez de bourrins sur la commune... ) et qui semble se réorienter vers un autre projet, aquatique (?) et tout à fait pharaonique. Sera-t-il autorisé, en sera-t-il seulement discuté ? Une veille active s'impose.
Les aménagements sont autorisés mais il semble que les contrôles soient rares voire inexistants de la part de la DDTM et/ou de la municipalité : par exemple, cet été, un habitant du quartier alerté par des odeurs nauséabondes a photographié les "livraisons du jour" (photo 5) , des camions déversant un matériau noirâtre sans doute des boues résiduelles de station d'épuration, et par conséquent rigoureusement interdites.

Je demande au maire et aux élus de la majorité municipale, à qui cet article sera adressé, (...20/11/2015 c'est fait !) des explications concernant le problème évoqué.

Pour une décharge comme celle du Col de l'Ange, comme hier celle du plateau des Espèces ou d'autres dans des communes proches de Marseille, ce qu'il faut comprendre c'est que les propriétaires reçoivent une prime pour chaque camion déversé, semble-t-il entre 50 et 150 Euros, d'où une floraison de "projets" plus ou moins bidons mais qui ne sont pas forcément freinés par l'Administration  préoccupée par l'évacuation des gros volumes de terre extraits lors de grands travaux, autoroutiers par exemple. Il ne s'agit pour ces "aménageurs"  que d'une affaire de fric, de pognon, des gens qui n'ont rien à voir avec les concepts d'Environnement ou de Développement Durable, et pour qui un élu peu vigilent, incompétent (ou pire ..) peut devenir une proie facile.

On est de plus en plus inquiet, le lundi 21 mars 2016, nous sommes alertés par des nuages de poussière qui assombrissent le ciel, en cause la noria des camions (photo 17, merci à la personne qui me l'a envoyée) qui ont massivement repris les décharges  ce matin au Col de l'Ange. Le maire aurait-il délivré de nouvelles autorisations d'aménager pour ce chantier qui a débuté en 2013 et pour lequel il est  difficile, pour ne pas dire impossible, d'obtenir la moindre information ? La seule chose sûre est que le projet en cours n'a plus rien à voir avec celui pour lequel les autorisations ont été délivrées.

Pour quelle raison le maire ne fait-il pas cesser ces décharges qui ne relèvent plus d'aucun projet autorisé ?

  • Quartier des Roux ( Images 6, 7 et 8 ) :

La photo 6 n'est malheureusement pas destinée à vous présenter la chaîne de la Sainte Baume pour la promotion du Parc Naturel Régional du même nom, mais plutôt la décharge en premier plan, précisée sur la photo suivante, située à l'entrée du chemin de DFCI qui relie le quartier des Roux au domaine de Fontblanche sur la route de Ceyreste. Cela m'inspire une initiative possible à l'échelle des 29 communes du périmètre du PNR :
La charte vient d'être élaborée et les communes seront bientôt sollicitées pour se prononcer à son sujet. Ne serait-il pas opportun que les organes du PNR en formation puissent de leur côté tester la volonté réelle des communes de l'intégrer, et l'adéquation entre les discours et les comportements sur le terrain ? Cela me paraîtrait pertinent pour notre commune.
Je note sur le terrain (photo 8) 3 panneaux de permis de construire à proximité de la décharge, 3 permis délivrés
après l'annulation du PLU. R
enseignements pris ils ont été "délivrés par accord tacite", ce qui laisse à penser que les dossiers ont pu ne même pas avoir été instruits, ni la décharge  connue. Je ne saurai trop conseiller aux personnes concernées de faire valoir leurs droits, sans perdre de temps.

  • Chemin de la Roque ( Images 9 et 10 ) :

Ces décharges sont très récentes, effectuées par un prestataire de Façoneo (ZAC des Vigneaux) elles datent de septembre 2015, on en a parlé plus haut, j'insiste ici car elles se sont poursuivies après notre intervention (ex: photo 10) ici même et au conseil municipal du 24 septembre. Le silence municipal illustre une méconnaissance complète des exigences en matière d'assainissement pluvial et fait douter de sa volonté réelle de faire aboutir un projet agricole viable. On est aussi amené à envisager, tout simplement, un problème de compétence.

  • Quartier du Barigorne ( images 11 et 12 ) :

Proche du Plan du Castellet mais sur la commune de Cuges, le Barigorne c'est le coin des "entreprises du bâtiment", pas moins d'une quinzaine de camions de déchets de chantiers déchargés ça et là au départ du chemin de DFCI qui conduit au charnier de Signes. Cela fait un moment que cela dure, dans l'indifférence de la municipalité de Cuges, qui se sent peut-être dédouanée par celle du Castellet qui, effectivement, ne fait pas mieux, juste à côté.

  • La décharge municipale, route de Riboux ( Images 13, 14 et 15 ) :

Au conseil municipal du 19 mars 2015, je me suis inquiété du devenir des souches de platane, évacuées sans précautions de la place Lucius Cal vers la décharge communale, route de Riboux, et très certainement contaminées par le chancre coloré. Le responsable des pompiers était d'accord pour qu'elles soient brûlées, plus commode que la procédure officielle assez lourde. Il m'a été répondu que leur contamination n'était même pas avérée. Les platanes sont sans doute morts d'un mauvais rhume ! Aujourd'hui, soit huit mois plus tard, elles gisent toujours sur la décharge, proche de chez moi (photo 13). Pourquoi ? sont-elles ou non contaminées ? La mairie va-t-elle enfin répondre ? A voir l'état de cette décharge qui ressemble plutôt à un vide-grenier (photo 14) j'ai des doutes sur le sérieux des réponses que je pourrai obtenir aujourd'hui, sans parler des abords  qui sont squattés par un groupe de "paintballeurs" qui y reconstituent la guerre des tranchées (photo 15), et aussi, grâce à une cargaison de vieux pneus, l'élevage du moustique local ou tropical malgré plusieurs interventions de propriétaires du secteur.

  • Route de Riboux ( Image 16 ) :

A 50 mètres de la route il s'agit juste du chargement d'un camion de vieux panneaux de fibro-ciment, par conséquent d'une bonne réserve d'amiante à portée des poumons des ramasseurs de champignons : vous êtes dans la nature, respirez donc le bon air, et à pleins poumons !

  • Un récapitulatif, sans doute provisoire ...( image 18 ) :

La photo 18 vous permettra de situer sans erreur possible les lieux dont il a été question dans cet article, et à rafraîchir la mémoire de celles et ceux qui vont devoir intervenir sur le PLU de la commune, et devront aussi conserver présente à l'esprit la définition même du PLU :  PLU = POS + PADD

PLU : Plan Local d'Urbanisme,

POS : Plan d'Occupation des Sols,

PADD : Plan d'Aménagement pour un Développement Durable, le terme souvent ignoré !

PS. J'hésite à dire que bon nombre des saletés décrites ici sont localisées dans mon quartier, il va y en avoir pour dire que cela représente pour moi un cas de conflit d'intérêt. Ne rigolez pas ils m'ont déjà fait le coup !

Galerie d'images : l'archipel des décharges de la commune

le 10 janvier 2016

  • Du nouveau sur les décharges : l'enterrement programmé des souches de platane contaminées.

 Lors d'une visite  récente sur la décharge municipale, route de Riboux, je fus tout d'abord, agréablement surpris, le site était propre, juste occupé par quelques fagots de broussaille, les souches de platane contaminées mentionnées plus haut dans "l'archipel de décharges" avaient manifestement été évacuées. Cependant un tour minutieux me ramena malheureusement vite à d'autres réalités. Les souches étaient toujours là et avaient simplement été poussées, sans doute avec un tractopelle, au bas du remblais. Elles sont désormais inaccessibles pour une évacuation mais, par contre, prêtes à être recouvertes par quelques déchets supplémentaires. Ce qui ne saurait sans doute tarder, ni vu ni connu. Ainsi le problème, sur lequel je suis intervenu il y a plus de dix mois, sera définitivement "résolu".

Voilà qui tranche singulièrement avec l'envolée lyrique du maire au sujet du Parc Naturel de la Sainte Baume lors de son discours du 31 janvier. Blablabla... que des mots creux pour une approche mondaine de l'environnement !

Voici deux photos prises le 8 janvier 2016 qui attestent de la véracité de mes propos, du reste vous pouvez les vérifier vous-mêmes sur place, mais dans ce cas je crois que vous devrez vous dépêcher.

un site propre et accueillant, vous voyez bien qu'il n'y a plus  aucun problème !un site propre et accueillant, vous voyez bien qu'il n'y a plus aucun problème !

mais un peu plus bas, les souches contaminées sont toujours là, prêtes à être enfouies, simple, non ?mais un peu plus bas, les souches contaminées sont toujours là, prêtes à être enfouies, simple, non ?

Pour le reste aucune  nouvelle, toujours aucune velléité d'expression de la part d'un(e) adjoint(e) ou conseiller(e) de la majorité sur le sujet depuis mon intervention au conseil du 19 mars 2015 !

C'est cocasse, on va appeler cette équipe  "la majorité silencieuse".

  • Mais que fait la police ? Au fait ... c'est qui la police ?

Il va donc falloir accélérer le mouvement, à commencer par bien préciser les responsabilités de chacun, du maire au Préfet, dans la gestion des décharges sauvages . Merci à la personne qui m'a fait parvenir le document particulièrement clair,  issu du site ministériel www.paca.developpement-durable.gouv.fr, dont voici un extrait qui rappelle opportunément les pouvoirs de police du maire  (accédez à l'intégralité du document en cliquant sur le cadre) 

 Cliquez sur le cadre pour accéder à la version complète du document.Cliquez sur le cadre pour accéder à la version complète du document.
Notons un autre document officiel (PACA) sur les dépôts sauvages et rappelons en passant le vote à l'unanimité, au conseil de mars 2015, de la motion proposée par le PNR Sainte Baume contre les décharges , et aussi ce qu'en dit le projet de charte du PNR voté à l'unanimité des membres du Syndicat Mixte en octobre 2015, dans la version sur laquelle les 29 communes du territoire auront à se prononcer au cours de l'année 2016. En voici un extrait particulièrement limpide. Qui a dit que les Parcs Naturels ne s'occupaient que des fleurs et des petits oiseaux ? (cliquez sur le cadre pour accéder à la section complète) :

 Cliquez sur le cadre pour accéder à la "Mesure 13" de la charte du PNR de la Sainte Baume.Cliquez sur le cadre pour accéder à la "Mesure 13" de la charte du PNR de la Sainte Baume.

Reste à savoir si les "autorités locales" liront ce texte, le code de l'Environnement et la charte du Parc.

Dernière minute, Vendredi  11 mars, ça y est, l'enfouissement des souches de platane contaminées a commencé, petit à petit, c'est juste si on les aperçoit encore. La période écolo du maire ..., c'était avant !

 


 le 26 février 2016

  • Après les décharges il y a les eaux stagnantes récurrentes, et c'est pas vraiment mieux.

De toute évidence, après un hiver exceptionnellement doux, il va falloir se préparer, en l'absence de toute mesure, à un printemps agité à cause du moustique ordinaire ou tigre en gestation en masse dans l'eau croupie des vieux pneus ou autres réservoirs abandonnés, et ajouter le virus Zika à la liste !

Grâce au concours d'un citoyen attentif, qui connaît l'écoulement des eaux de pluie dans la plaine bien mieux que  ces aménageurs pas très compétents qui sévissent depuis une trentaine d'années, nous pouvons mettre le doigt sur une situation qui constitue à elle toute seule  un vrai problème de santé publique :

Je parle de l'ancienne station d'épuration ( oubliée ! ) de la commune, un peu au sud de la rue Victor Hugo, à cinquante mètres du groupe scolaire Molina ! ( ça pourrait interpeler les parents d'élèves ) un foyer d'infection tant du point de vue de la pollution dûe aux ruissellements qui y convergent depuis une énorme superficie que de la prolifération des moustiques qui trouvent dans les réservoirs à ciel ouvert des conditions idéales. Pour vérifier nos propos rendez-vous, derrière le groupe scolaire, au lieu montré par la photo qui suit :

 Pour situer les lieux, 50 mètres derrière le groupe scolaire..., les grilles empêchent les personnes de tomber dans les fosses à ciel ouvert mais pas les moustiques d'en sortir par milliers. Pour situer les lieux, 50 mètres derrière le groupe scolaire..., les grilles empêchent les personnes de tomber dans les fosses à ciel ouvert mais pas les moustiques d'en sortir par milliers.

Allons un peu plus loin dans la connaissance de cette ancienne station d'épuration, manifestement à l'abandon comme tout le reste du système d'assainissement pluvial de la commune, fossés, bassins de rétention et  embuts ... Elle est constituée de cuves à ciel ouvert qui se prolongent par un long fossé dans lequel leur contenu, alimenté par les ruissellements, se déverse  avec tous les détritus que le flot a entraînés sur son parcours. Jetez un œil à l'édifiante galerie d'images qui suit, constituée sur une période allant de mars 2015 à fin février 2016 :

l'ancienne station d'épuration, c'est le paradis des moustiques

Voilà justement le même endroit après la pluie du 28 février... A gauche on distingue, en prolongement de la rue Victor Hugo, l'extrémité du groupe scolaire J.C.Molina.Voilà justement le même endroit après la pluie du 28 février... A gauche on distingue, en prolongement de la rue Victor Hugo, l'extrémité du groupe scolaire J.C.Molina.

Il semble que des démarches ont été entreprises en 2015 par des habitants auprès de l'Agence Régionale de la Santé, en vue d'améliorer la situation, apparemment sans succès.

On va se renseigner et en tout cas continuer.

En attendant, et afin de rester positif, voici une suggestion destinée à se protéger des moustiques et autres nuisibles :

Elle est simple et rappelle vaguement la moustiquaire dans une variante afghane,  élégante et très efficace quoique peu indiquée pour la bronzette ou les sports d'hiver, sinon il reste le Flytox ... ou  la manif, à vous de choisir.
Avouez que ça donnerait un petit air exotique au village les jours de marché !

 

  • Eaux stagnantes et nouveaux moustiques :
    L'alerte concerne les habitants, mais aussi les équidés, chevaux, ânes et mulets.

 Sous l'effet de diverses causes qui interagissent entre elles, réchauffement du climat, augmentation du trafic aérien, recul de l'agriculture et entretien insuffisant ou inexistant des systèmes d'assainissement pluvial, le moustique tigre (Aedes Albopictus), vecteur potentiel de diverses maladies tropicales, a fini par coloniser tout le sud de la France.
Ceci concerne la dengue, le chikungunya et plus récemment le virus Zica. La situation donne lieu à diverses études et un PLAN ANTI-DISSEMINATION DU CHIKUNGUNYA ET DE LA DENGUE dont la mise en œuvre est pilotée par arrêtés préfectoraux :

on dispose aussi de divers documents destinés aux collectivités locales et au public  comme cette :

Avec la prolifération des moustiques on voit aussi réapparaître un virus qui ne se manifestait plus depuis 2007, le virus West-Nile ("fièvre du Nil occidental"), transmis par des moustiques depuis des oiseaux migrateurs infectés. Son effet est bénin sur les humains mais peut être beaucoup plus sérieux sur les équidés.

Un cheval atteint par la fièvre du Nil Occidental à Fabrègues (photo Midi-Libre), et des larves de moustiques tigre dans leur élément naturel, l'eau stagnante.Un cheval atteint par la fièvre du Nil Occidental à Fabrègues (photo Midi-Libre), et des larves de moustiques tigre dans leur élément naturel, l'eau stagnante.

 D'après un document du Ministère de l'Agriculture accessible ici :

"La maladie se manifeste chez les équidés soit sous une forme fébrile pure, souvent inapparente, soit sous une forme nerveuse (abattement, tremblements, parésie, ataxie). Une guérison spontanée intervient généralement en 20 à 30 jours mais des formes graves avec paralysie et mort peuvent survenir."

Le virus West Nile s'est effectivement manifesté et l'alerte a été lancée dans les Bouches-du-Rhône et le Gard par un communiqué de presse commun aux deux Préfectures , et les informations ont été largement relayées par  le journal Midi-Libre en septembre 2015, l'affaire est sérieuse.

 Localement, que ce soit pour la protection des humains ou des équidés, les mesures à prendre sont simples, à l'image de celles déjà prises dans d'autres villes  comme Draguignan dont le "Dossier spécial santé" est  accessible ici , mais, compte tenu du grand nombre d'équidés sur le territoire communal, elles doivent être prises avec sérieux et rapidement:

Mesures urgentes à réaliser dès le début du printemps:

  • Assécher l'ancienne station d'épuration et faire en sorte que l'eau n'y stagne plus, nettoyer le fossé de drainage associé, enfin désherber les bords,
  • Répandre des produits larvicides sur tout le périmètre,
  • Assainir de même l'embut des "Jardins de la Ville" et ses abords,
  • Recouvrir, en attendant un règlement définitif, les pneus du site du chemin du Dindolet de terre afin d'y assécher les nids à moustiques.

Mesures à mettre en œuvre sur le territoire de la commune:

  • Recherche et traitement de tous les réservoirs, même petits, d'eau stagnante,  objets divers en matière plastique, vieux pneus, gouttières défectueuses, sous-pots de fleurs etc..
  • Imposer de recouvrir d'une bâche toutes les réserves d'eau et les piscines lorsqu'elles ne sont pas en mode "assainissement",
  • Accompagner ces mesures des arrêtés municipaux nécessaires et d'une large initiative d'information et de mobilisation de la population (gestes utiles, produits à utiliser ...)
  • Travailler en concertation avec l'Agence Régionale de Santé  (ARS.PACA) et l'Entente Interdépartementale de Démoustication (EID) Méditerranée.

 Il est clair que ces questions concernent tous les habitants de la commune, à commencer bien sûr par la direction municipale qui, il faut le constater, se montre peu réactive aux articles sur l'environnement que j'écris ici depuis un an. Sachez cependant que chaque mise à jour du site - et par conséquent celle-ci - est systématiquement diffusée aux élus. En l'absence de réactions il vous appartient aussi de vous exprimer auprès d'eux.

Faites comme le moustique qui vous traque la nuit, persistez !

Terminons par une histoire de "procession" ( de chenilles bien sûr ! )

 Je terminerai par un problème un peu éloigné mais pas indépendant des précédents, dans la mesure où il est un marqueur du réchauffement climatique, c'est celui des chenilles processionnaires du pin qui sont, à cause de leurs poils très urticants,  à l'origine de nombreux accidents tant pour les humains que pour les animaux domestiques.

On constate une nette  tendance à la prolifération de ces animaux et à la colonisation de nouveaux territoires, par exemple un village situé à 800 mètres d'altitude où ils étaient jusqu'à présent inconnus. Divers moyens ont été testés et/ou mis en œuvre, pesticides, pièges écologiques etc... Il semble que le moyen le plus efficace constaté reste l'arrêté municipal imposant à chaque propriétaire ou locataire "la destruction  mécanique" des cocons qui devront ensuite être incinérés et, avant l'automne, la mise en œuvre d'un "traitement préventif à la formation des cocons".

Très simple direz-vous, oui, il suffit de  la volonté de résoudre les problèmes !

le 31 mars 2016

ATTENTION ! des processions de chenilles sont observées sur la commune, c'est la période critique.

[Mise à jour du 12 mars 2016]. Les interventions citoyennes se multiplient sur les questions environnementales. Ainsi au conseil municipal du 29 février, on en a enregistré trois :

  • Celle d'un habitant de la commune relative aux modifications du PLU envisagées concernant la ZAC des Vigneaux : respect des engagements paysagers (hauteur des constructions !), parties réservées par la commune ..., la délibération a été reportée.
  •  Celle du CIQ Nord-Est-de-Cuges concernant les nuisances occasionnées par les sports mécaniques toujours en activité au domaine des Espèces malgré la condamnation des organisateurs en première instance par le tribunal Correctionnel. Pour la réponse on attend le procès-verbal du conseil pour la communiquer, on attend aussi la mise en œuvre des pouvoirs de police du maire !
  • Mon intervention au sujet des nombreuses décharges et eaux stagnantes qui font l'objet de l'enquête sur cette page même du site. Pour la réponse, voir le futur pv, mais aucun miracle à attendre. Les réactions sont de plus en plus nombreuses mais pas en provenance de la majorité municipale !

le 13 mars 2016

  • Les décharges en zone AOC, c'est le déclassement assuré.
    ZAP signifie ZONE AGRICOLE PROTÉGÉ
    E :
    le message ne semble pas encore être passé !

Dimanche 13 mars 2016, une nouvelle information m'apprend que des décharges ont été effectuées en pleine zone AOC, sur une parcelle située chemin de Sainte Catherine, pas loin de la déchetterie. Je m'y rends immédiatement, il s'agit en effet d'un dépôt d'une quarantaine de camions d'une terre "très douteuse" mélangée à des déchets de travaux publics, béton, carrelages etc ..., pas vraiment les meilleurs ingrédients pour l'agriculture. La parcelle devra sans aucun doute être déclassée, et, allant de pair avec l'exclusion de la zone AOC, subir une moins-value de 10 000 euros à l’hectare d’office avec un signalement aux services de police du Maire pour infraction au PLU.

Comment croire qu'en présence de telles pratiques et d'un tel laisser-aller, on puisse espérer voir déboucher un jour un projet agricole cohérent ? Va-t-on voir une fois, une seule, s'exercer les pouvoirs de police du Maire ? Juste une fois pour voir ?

Pour les décharges à la Roque en zone soumise à servitude "il manquait les panneaux d'interdiction de circuler", pour les moto-cross des Espèces, condamnés  par le tribunal correctionnel, "c'est le manque de personnel " pour les décharges répertoriées "il est difficile de prendre les coupables sur le fait". Il y a toujours une bonne raison pour ne rien faire. Ce coup-ci que va nous dire le maire pour se dérober ? peut-être que "les camions n'ont pas été détectés par les caméras de vidéo-surveillance" ?

Une fois de plus j'amène la preuve de l'infraction, et il sera très facile à chacun d'aller vérifier le nombre de camions déversés. Tout le monde connaît le chemin de Sainte Catherine , alors la photo suffit ?

C'est sûr, la vigne risque de moins bien pousser la dessus. Ca ira pour la cuvée "spécial détri-cuges".C'est sûr, la vigne risque de moins bien pousser la dessus. Ca ira pour la cuvée "spécial détri-cuges".

 Et ce n'est pas tout, les plus gros dégueulasses ont parfaitement pris la mesure de "l'étendue et l'efficacité des pouvoirs de police du maire" et, du coup, évalué leur marge d'action, la preuve la voici, le même jour : tout contre la station de déchetterie elle-même, avec le dernier "dépôt" d'un particulier.  Au fond il n'est pas si mal le bougre, il aurait pu aussi bien se débarrasser de ses immondices, sournoisement, en pleine colline, comme tout le monde !
Alors, regardez si, dans le tas, il n'y a pas quelque objet qui vous conviendrait . En tout cas il y a tout ce qu'il faut pour identifier les auteurs, les pouvoirs de police du maire vont-ils un jour se manifester ?

Vous n'avez pas besoin d'une brouette, une palette, un transat tout neuf ou un panier de basket ? Je suis sûr qu'en cherchant un peu on trouve aussi des noms et des adresses... Vous ne reconnaissez pas un objet familier qui nous orienterait vers l'expéditeur ?Vous n'avez pas besoin d'une brouette, une palette, un transat tout neuf ou un panier de basket ? Je suis sûr qu'en cherchant un peu on trouve aussi des noms et des adresses... Vous ne reconnaissez pas un objet familier qui nous orienterait vers l'expéditeur ?

le 20 avril 2016

  • Les décharges et eaux stagnantes aux conseils municipaux des 29 février et 13 mars 2016, et mon intervention auprès des services préfectoraux.

 Lors de la séance du 29 février du conseil je suis intervenu une nouvelle fois au sujet des décharges et réservoirs d'eaux stagnantes sur la commune. Voici la réponse du maire, limitée à une remarque ironique, pas vraiment enrichie par ses adjoints les plus proches, telle qu'elle figure au procès-verbal du conseil, lequel a été tronqué de ma réponse à ces "arguments" :

Vous avez là un exemple assez révélateur du "débat" tel qu'il est usuellement conduit par le maire.Vous avez là un exemple assez révélateur du "débat" tel qu'il est usuellement conduit par le maire.

 Fatigué par les démarches stériles et les remarques ironiques, j'ai finalement décidé d'intervenir par courrier en date du 11 avril, auprès du Préfet de Bouches-du-Rhône:

cliquez sur le cadre....cliquez sur le cadre....

Le changement d'attitude du maire qu'on a pu noter lors du conseil du 13 avril à l'égard de ce problème m'incite à penser que le téléphone a pu fonctionner entre la Préfecture et la mairie de Cuges avant le conseil  !
Soyons optimistes ! Voici ce qu'a noté le journal La Provence, décidément présent sur tous les fronts, à ce sujet :


Les actes vont-ils  suivre et seront-ils en accord avec les propos ?

Une nouvelle fois, à suivre .....

Un nouveau statut pour Cuges-les-Pins ?

Poubelle de la Métropole.

le 27 avril 2016

Avant le 1er janvier 2016 on pouvait dire que, l'immobilisme de la mairie permettait les décharges en provenance de l'extérieur de la commune et même de l'Agglo. Aujourd'hui il est clair que c'est de notre propre Communauté de Communes, la Métropole Aix-Marseille-Provence, presque uniformément bleue UMP, comme leur collègue le maire de Cuges, que nous arrivent les déchets des chantiers et terrassements. On les interprétera comme le message de bienvenue dans la Métropole.

On ouvre un chemin, on coupe quelques arbres et, en avant ! On est chez nous !On ouvre un chemin, on coupe quelques arbres et, en avant ! On est chez nous !Après de multiples interventions, les dernières en date  le 11 avril auprès du Préfet des Bouches du Rhône, et le 13 avril lors du conseil municipal, on n'observe aucun effet sur le terrain, bien au contraire ! Deux nouvelles décharges sont signalées, s'ajoutant à une liste déjà longue, l'une sous le circuit de Kart, Starter Park, avec des arbres abattus et impliquant une noria de poids-lourds depuis le lundi 25 avril au matin, le seconde dans la plaine elle-même, en Zone Agricole, en dépit des règles de l'urbanisme et malgré l'interdiction faite aux  poids-lourds d'y circuler.

Mercredi matin, je me rends au service de l'urbanisme de la commune où l'on me confirme qu'aucune autorisation d'aménager n'a été délivrée pour aucun de ces deux sites.

L'affaire est donc bien du ressort des pouvoirs de police du maire. Et il faut se rendre à l'évidence,  malgré mon courrier au Préfet il y a 15 jours, les convois de camions continuent d'opérer  dans la plaine le mercredi matin !  Jusqu'à quand ?
On bavarde sur la vidéo-surveillance mais ce qu'on voit de ses propres yeux, ça ne compte pas ?

 26 avril 2016. Pas de temps perdu, les décharges aussitôt livrées, aussitôt traitées !26 avril 2016. Pas de temps perdu, les décharges aussitôt livrées, aussitôt traitées !

26 avril 2016 dans la plaine, en infraction à la loi et aux règles de l'urbanisme. On va les trouver où les 

agriculteurs pour investir dans ces conditions ?26 avril 2016 dans la plaine, en infraction à la loi et aux règles de l'urbanisme. On va les trouver où les agriculteurs pour investir dans ces conditions ?

De plus en plus de citoyens s'impliquent directement dans ce problème environnemental, nous leur devons de nombreuses infos, photos etc... Les agriculteurs sont excédés par les décharges auxquelles il faut ajouter les nuisances permanentes de la "SARL Parapente".  Alors que faire ?

Simplement son boulot : information, surveillance et sanctions. A commencer par réserver la zone agricole aux activités agricoles, exclusivement !

 

le 24 mai 2016

  • Au fond, un poljé ce n'est jamais qu'un gros trou à boucher, avec la Métropole ça pourrait aller assez vite

Le statut de "poubelle de la Métropole" semble s'ancrer un peu plus dans la vocation de la commune, pour preuves les derniers rebondissements concentrés sur la seule journée du 24 mai. D'abord un courrier que je reçois avec les dernières photos des décharges du Col de l'Ange qui auraient dû cesser depuis longtemps. La photo de gauche montre l'état actuel avec un tractopelle au sommet d'une butte de vingt mètres de haut, espérons que le chauffeur n'est pas sujet au vertige, idem pour les bourrins qui devront y évoluer car ces terrassements seraient en effet destinés à constituer un "plateau équestre".  Sinon il y a ceux qui pensent que c'est seulement pour le pognon reçu pour les décharges.

Le 24 mai on a aussi été informé d'un nouveau "chantier" sur la route de Riboux  à l'autre extrémité de la commune, exactement sur la parcelle numéro 43 en pleine "zone nature", c'est la photo de droite.  Le contenu d'au moins une centaine de gros camions y a déjà été déversé et aussitôt transformé en un beau talus. Pas d'autorisation bien sûr puisqu'on est en zone nature, et les animaux d'un voisin paniqués à chaque passage de camion sur un chemin qui n'avait vraiment pas besoin de ça, et en plus la poussière... Nous avons bien sûr informé le service urbanisme de la commune et surtout la Police Municipale dont j'espère qu'elle va faire cesser immédiatement ces agissements illégaux.

Après être intervenu plusieurs fois auprès du Maire, puis du Préfet il y plus d'un mois, les résultats ne sont toujours pas au rendez-vous, Il reste la Ministre de l'Environnement, j'avoue y songer sérieusement.

24 mai 2016. A gauche, au col de l'Ange, le tractopelle alpiniste... à droite, route de Riboux, la parcelle no 43 en "zone nature", saccagée par déjà une centaine de camions.24 mai 2016. A gauche, au col de l'Ange, le tractopelle alpiniste... à droite, route de Riboux, la parcelle no 43 en "zone nature", saccagée par déjà une centaine de camions.

25 mai 2016, spectacle lunaire au Col de l'Ange, les décharges s'accélèrent, imperturbablement ....25 mai 2016, spectacle lunaire au Col de l'Ange, les décharges s'accélèrent, imperturbablement ....